En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Martti Ahtisaari

Martti Ahtisaari
Martti Ahtisaari

Diplomate et homme d'État finlandais (Viipuri, aujourd'hui Vyborg, 1937).

Né en Carélie, cette province finlandaise annexée par l'Union soviétique en1944, il connaît le sort des réfugiés avant de se fixer avec sa mère à Kuopio. Diplômé en 1959 de l'école de fomation des instituteurs, il intègre un projet pédagogique à Karachi, au Pakistan, avant de rejoindre, en 1965, le ministère finlandais des Affaires étrangères. Nommé ambassadeur en Tanzanie, accrédité en Zambie, en Somalie et au Mozambique (1973-1976), il développe un vaste réseau de contacts qui lui vaut d'être nommé commissaire des Nations unies pour la Namibie (1977-1981) puis représentant spécial (1978-1988) du secrétaire général pour ce pays dont il négocie l'accession à l'indépendance en 1990. Promu secrétaire d'État au ministère des Affaires étrangères finlandais (1991-1993), il préside le groupe de travail sur la Bosnie-Herzégovine lors de la Conférence internationale sur l'ex-Yougoslavie (1992-1993), avant d'être désigné représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en ex-Yougoslavie en 1993.

En 1994, il interrompt sa carrière de diplomate pour briguer, en tant que candidat du parti social-démocrate, la magistrature suprême dans son pays et devient le premier président finlandais à être élu au suffrage universel direct. Un an plus tard, son pays adhère à l'Union européenne.

Il acquiert une renommée internationale lorsqu'il parvient, aux côtés du Premier ministre russe Viktor Tchernomyrdine, à convaincre le président yougoslave Slobodan Milošević de mettre fin à ses opérations militaires au Kosovo contre la guérilla séparatiste albanaise en échange de l'arrêt des bombardements de l'OTAN. Il poursuit son action de diplomate en créant, en 2000, Crisis Management Initiative (CMI) – une organisation non gouvernementale installée à Helsinki et destinée à prévenir les crises internationales. En 2005, M. Ahtisaari mène avec succès les pourparlers de paix entre les séparatistes musulmans du GAM (Mouvement pour l'indépendance d'Aceh) et le gouvernement indonésien, en guerre depuis 1976. Fin 2005, cet infatigable soldat de la paix est chargé par Kofi Annan de superviser les pourparlers sur le statut final du Kosovo, placé sous administration des Nations unies depuis 1999. Mais, se heurtant aux résistances de la Russie et de la Chine, le médiateur renonce à une solution négociée entre Serbes et Albanais et préconise une « indépendance sous supervision internationale » avant de se retirer des négociations. En 2008, il se voit décerner le prix Nobel de la paix pour ses nombreuses médiations effectuées à travers le monde depuis trente ans.