En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Isabelle Adjani

Actrice française (Paris 1955).

Née d'un père algérien d'origine turque et d'une mère allemande, elle figure pour la première fois dans un film à l'âge de quatorze ans. En 1972, elle entre à la Comédie-Française (où elle impressionne notamment dans l’École des femmes en 1972 et dans Ondine en 1974), et tient son premier grand rôle à l'écran dans une comédie de Claude Pinoteau, la Gifle (1974). Elle incarne Adèle Hugo dans le film de François Truffaut, l'Histoire d'Adèle H. (1975), où, dans un registre hyperexpressif, elle compose un personnage de femme déchirée, poursuivant jusqu'au désespoir et la folie un amant indifférent. Sa beauté, son interprétation passionnée l'imposent très vite comme une des comédiennes les plus douées de sa génération.

Évoluant entre cinéma d'auteur et cinéma grand public, elle alterne des rôles dramatiques et des personnages plus légers. Mais qu'elle incarne des jeunes filles délurées, des héroïnes romantiques ou possédées, des femmes énigmatiques, elle s'engage totalement et intensément dans l'acte de jouer (le Locataire, R. Polanski, 1976 ; Nosferatu, fantôme de la nuit, W. Herzog, 1979 ; les Sœurs Brontë, A. Téchiné, id. ; Possession, A. Zulawski, 1981 ; l'Été meurtrier, Jean Becker, 1983 ; Subway, Luc Besson, 1985). Téchiné dans Barocco (1976), Claude Miller dans Mortelle Randonnée (1983), Bruno Nuytten dans Camille Claudel (1988) où elle campe avec énergie et inspiration le rôle-titre, Patrice Chéreau dans la Reine Margot (1994) ont su mieux que d'autres sans doute mettre en valeur ses dons d'actrice et contribuer à son statut de star – une star devenue attentive à son image et au style de ses apparitions à l'écran (Adolphe, Benoît Jacquot, 2002 ; Bon voyage, Jean-Paul Rappeneau, 2003 ; la Journée de la jupe, Jean-Paul Lilienfeld, 2009).

Lauréate par cinq fois du César de la meilleure actrice (en 1982 pour Possession, en 1984 pour l’Été meurtrier, en 1989 pour Camille Claudel, en 1995 pour la Reine Margot, en 2010 pour la Journée de la jupe), elle a également remporté deux Prix d’interprétation féminine au festival de Cannes (en 1981, pour ses rôles dans Possession d’Andrzej Zulawski et Quartet de James Ivory).