En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tonga

anciennement îles des Amis

Nom officiel : Royaume des Tonga

Carton de situation - Tonga
Drapeau de Tonga
Drapeau de Tonga

État insulaire d'Océanie, Tonga est située en Polynésie, dans l'océan Pacifique sud, au sud-est des îles Fidji.
Tonga est membre du Commonwealth.

  • Superficie : 700 km2
  • Nombre d'habitants : 105 000 (estimation pour 2013)
  • Nom des habitants : Tonguiens
  • Capitale : Nukualofa
  • Langues : anglais et tongan
  • Monnaie : pa'anga
  • Chef de l'État : Tupou VI
  • Chef du gouvernement : Siale'ataonga Tu'ivakano
  • Nature de l'État : monarchie
  • Constitution :
    • Adoption : 1875
Pour en savoir plus : institutions des Tonga

GÉOGRAPHIE

Cet archipel comprend plus de 150 îles et îlots, alignés du N.-N.-E. au S.-S.-O., entre 15 ° et 23 ° de latitude sud et couvrant au total environ 700 km2. Certaines îles sont volcaniques (Niuafoo a dû être évacuée en 1946 à la suite d'une éruption), d'autres sont constituées d'anciens récifs coralliens soulevés (Vavau, Tongatapu) ; dans la partie centrale, les atolls et récifs sont nombreux (îles Haapai).

La population, d'origine polynésienne, s'accroît rapidement, avec un taux d'accroissement naturel supérieur à 2 % par an. Les deux tiers des habitants vivent sur l'île principale de Tongatapu, où se trouve la capitale, Nukualofa. Les courants migratoires se font, pour l'essentiel, en direction de la Nouvelle-Zélande, avec laquelle les liens restent étroits. L'économie repose sur l'agriculture et les services. Les cultures vivrières (taro, patate douce, manioc, igname) côtoient les cultures commerciales (banane, vanille, et cocotier, pour la production de coprah). Il existe une petite industrie manufacturière permettant quelques exportations. La balance des paiements est alimentée par les rentrées invisibles des émigrés et par les revenus du tourisme qui continue à se développer. L'aide internationale, dans laquelle la Banque asiatique de développement joue un rôle croissant, est en hausse. Les Tonga se sont illustrées en louant à des sociétés américaines de télécommunication des numéros de téléphone ou encore des espaces Internet.

HISTOIRE

Une très ancienne monarchie

Quand les Hollandais Jacob Le Maire (1616), puis Abel Tasman (1643), enfin le capitaine britannique James Cook (1773 et 1777) abordent cet archipel, une très ancienne monarchie y règne. La London Missionary Society ne parvient pas à s'imposer (1797). En 1826, les méthodistes réussissent à convertir le roi Georges Tupou Ier, qui impose son autorité sur toutes les îles et y établit une monarchie constitutionnelle (1862), « théocratie médiévale à l'anglo-saxonne ».

Du protectorat britannique à l'indépendance

À la suite de difficultés financières, un protectorat britannique est établi en 1900, puis élargi en 1959 ; à la reine Salote Tupou III (1918-1965) a succédé son fils Tupou IV. En 1970, les Tonga deviennent indépendantes au sein du Commonwealth. Le roi nomme son cabinet, composé d'un Premier ministre, d'une vice-Premier ministre, de huit ministres et des gouverneurs des groupes d'îles de Haapai et de Vavau, ainsi que les deux tiers des membres du Parlement.

Les premières élections au suffrage universel visant à désigner les neuf représentants du peuple sont organisées en février 1990. Une faible contestation démocratique se fait jour au début des années 1990. Fondé en 1992, le Mouvement pro-démocratie, devenu en 1998 le Mouvement pour les droits de l'homme et la démocratie à Tonga (HRDMT), milite pour une réforme des institutions du royaume. L'un de ses fondateurs et leaders, le journaliste Akilisi Pohiva, est brièvement arrêté en 2002 pour avoir révélé la fortune cachée du roi Tupou IV. Les élections législatives de mars 2002 donnent sept des neuf sièges réservés aux représentants du peuple au HRDMT.

Après la mort de Tupou IV, en septembre 2006, les Tonguiens, exaspérés par la lenteur des réformes, espèrent de leur nouveau monarque, George Tupou V, l'adoption rapide d'une réforme du mode de désignation des députés ; celle-ci ayant été ajournée par le Parlement, des émeutes surviennent les 16 et 17 novembre à Nukualofa, entraînant la mort de huit personnes, la destruction d'une grande partie de la ville et l'intervention – à la demande des autorités tonguiennes – de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, qui dépêchent un contingent de 150 hommes pour rétablir l'ordre sur l'île. L'état d'urgence est décrété dans le centre de la capitale, presqu'entièrement détruit. Reporté en raison de l'instabilité sociale, le couronnement de Tupou V, a lieu le 30 juillet 2008.

Depuis les élections législatives de novembre 2010, 17 des 26 députés du Parlement sont désormais élus directement par le peuple, les nobles élisant les 9 autres. Le parti démocratique Friendly Islands, d'Akilisi Pohiva, remporte 12 des 17 sièges de députés du peuple, mais c'est un noble, lord Tu'Ivakano, qui est élu Premier ministre par le Parlement.

Confronté à un taux de chômage supérieur à 10 % alors qu'un cinquième de la population vit sous le seuil de pauvreté, le royaume demeure très dépendant de l'aide internationale (Australie, Nouvelle-Zélande, Chine et Union européenne) qui financent en partie les secteurs de la santé, de l'éducation, du développement durable. Tupou V décède le 18 mars 2012. Son frère, le prince héritier Tupouto'a Lavaka, lui succède sous le nom de Tupou VI.