En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Seychelles

Nom officiel : République des Seychelles

Carton de situation - Seychelles
Drapeau des Seychelles
Drapeau des Seychelles

État insulaire d'Afrique, les Seychelles sont situées dans l'océan Indien, au nord-est de Madagascar
Les Seychelles sont membre du Commonwealth.

  • Superficie : 410 km2
  • Nombre d'habitants : 93 000 (estimation pour 2013)
  • Nom des habitants : Seychellois
  • Capitale : Victoria
  • Langues : anglais, créole et français
  • Monnaie : roupie des Seychelles
  • Chef de l'État : Danny Faure
  • Chef du gouvernement : Danny Faure
  • Nature de l'État : république à régime semi-présidentiel
  • Constitution :
    • Adoption : 18 juin 1993
    • Révision : juillet 1996
Pour en savoir plus : institutions des Seychelles

GÉOGRAPHIE

Les Seychelles sont situées à 1 100 km au nord-est de Madagascar, à 1 600 km à l'est de l'Afrique orientale et à 1 800 km au nord de La Réunion. C'est un archipel d'une trentaine d'îles et d'une soixantaine d'îlots. Ce sont des îles coralliennes ou granitiques, au climat chaud, saisonnièrement humide, et dont le tourisme est devenu la ressource principale. L'île principale est Mahé (145 km2). Les autres îles de quelque importance sont Praslin, La Digue, Bird, Frégate, Silhouette et Desroches. L'ensemble émerge au-dessus d'un vaste banc sous-marin de faible profondeur. Sous le rapport de la superficie des terres émergées, la république des Seychelles est un État minuscule. Mais la dispersion des quelque 115 îles qui le composent lui vaut de disposer d'une immense zone économique exclusive de 1 350 000 km2 dans l'océan Indien, ce qui lui confère une certaine importance géopolitique.

Les Seychelles ne sont pas un archipel mais le rassemblement de deux ensembles d'îles géologiquement et écologiquement fort différentes : d'une part, les Seychelles « granitiques », 40 îles, points émergés de la plate-forme des Mascareignes; ces îles, cernées de lagons et traversées par une chaîne de collines culminant à 905 m au Morne Seychellois (sur l'île de Mahé), sont toutes situées à moins de 90 km de l'île principale; d'autre part, les Seychelles coralliennes, cayes et atolls à fleur d'eau (Farquhar, Coétivy, Agalega, etc.), dispersées sur un rayon de 1 200 km. Aldabra, l'une de ces Seychelles coralliennes, est le plus grand atoll du monde.

L'écologie et la mise en valeur de ces deux ensembles sont très différentes : d'une part, les Seychelles granitiques, îles accidentées, ruisselantes d'eau, couvertes d'une végétation (cocotiers, casuarinas, banyans, palmiers « coco de mer »,…) d'autant plus riche que les essais de cultures les plus diverses y ont été jadis effectués ; de l'autre, des îles plates, dévolues à la cocoteraie, sans eau de surface, souvent inhabitées. Le climat est un facteur d'unité: leur latitude (entre 4 et 8 ° de latitude sud) et leur position dans l'océan valent à toutes ces îles un climat très égal : forte humidité de l'air, faible amplitude thermique, nébulosité assez limitée, absence de ces cyclones qui frappent en revanche les Mascareignes, de latitude tropicale.

Les trois quarts des habitants de l'archipel vivent sur l'île principale de Mahé, où se trouve la capitale, Victoria. Catholique à 90 %, la population s'accroît de 1,3 % par an. Le tourisme est la principale ressource des Seychelles ; il représente environ 70 % des rentrées en devises étrangères et 50 % du produit intérieur brut, mais il ne suffit pas à combler le déficit chronique de la balance commerciale. Les Seychelles exportent essentiellement leur production de cannelle et de coprah. La pêche au thon en haute mer se développe grâce à d'importants efforts d'investissement. Pour la pêche locale, les prises représentent 95 kg de poisson par habitant. L'industrie contribue pour 18 % au produit national brut avec la conserverie de thon de Mahé.

En 2008, confrontées à une grave crise économique, les Seychelles obtiennent un prêt du Fonds monétaire international (F.M.I.).

HISTOIRE

Peut-être reconnues dès 851 par des marchands arabes, et sûrement visitées par eux entre le xe et le xve s., les Seychelles sont atteintes à partir de 1502 par les Portugais et décrites en 1609 par les Anglais. Mahé de La Bourdonnais, gouverneur des Mascareignes, les fait explorer (1742-1744) par Lazare Picault, qui reconnaît en détail Mahé (qu'il vient de baptiser) et Praslin. Elles reçoivent le nom de Jean Moreau de Séchelles, contrôleur général des Finances, et, le 1er novembre 1756, Morphey en prend possession au nom de la France, sans qu'aucune installation y soit tentée. Pierre Poivre y introduit les épices et des colons y viennent de Bourbon en 1770 ; à partir de 1778 la colonie est administrée par un représentant du roi à Mahé.

Les Seychelles, occupées par les Anglais en 1811, passent sous leur contrôle en 1814 ; la fin de la période française, sous l'influence de Quéau Quincy, a été marquée par une grande prospérité (culture du coton) qui s'effondre dès 1822. L'abolition de la traite est suivie par celle de l'esclavage en 1835, sous la forme de « l'apprentissage », puis définitivement en 1839, ce qui entraîne le dépérissement des plantations et le développement des cocotiers. Coprah et vanille, puis cannelle assurent la prospérité des îles. À partir de 1903, les Seychelles dépendent directement de la Couronne britannique, sans l'écran de Maurice, mais la Première Guerre mondiale les ruine.

Après la Seconde Guerre mondiale interviennent des réformes sociales et, en 1948, est mis en place un système électoral censitaire, qui fait place au suffrage universel en 1967. L'autonomie interne est accordée en 1970. Le Seychelles Democratic Party (SDP) de James R. Mancham, d'abord hostile à l'idée d'indépendance réclamée par son rival, le Seychelles People's United Party (SPUP), dirigé par France-Albert René, finit par s'y rallier et l'indépendance est proclamée le 28 juin 1976. Élu président de la République, J. R. Mancham est renversé le 5 juin 1977 par son Premier ministre, F.-A. René, partisan de liens moins étroits avec l'Occident et d'une politique socialiste. Le SPUP, devenu le Seychelles People's Progressive Front (SPPF), est érigé en parti unique ; la Constitution est remaniée en 1979.

En juin 1979, F.-A. René est élu président de la République. Son gouvernement doit faire face à plusieurs tentatives de coup d'État. La première, organisée en 1981 par des mercenaires venus d'Afrique du Sud, est neutralisée de justesse. L'année suivante, en 1982, un nouveau putsch, dirigé par une partie de l'armée, échoue grâce à l'aide de la Tanzanie. En 1984, le président René est réélu avec plus de 90 % des voix, puis est à nouveau reconduit en 1989. Parallèlement, les leaders de l'opposition sont envoyés en exil et se regroupent à Londres, où, en 1990, l'ancien président J. R. Mancham fonde le Democratic Party (DP).

En 1992, le multipartisme est rétabli par référendum, et les opposants en exil sont autorisés à revenir aux Seychelles. Cette nouveauté n'entame cependant pas le pouvoir de F.-A. René : en effet, à l'issue des premières élections libres, en 1993, le président l'emporte à nouveau, face à J. R. Mancham, avec 59,5 % des voix. Son parti, le SPPF, obtient 28 des 33 sièges à pourvoir. Le gouvernement s'engage alors sur la voie des privatisations. À l'issue des élections générales de mars 1998, le président René est reconduit à la tête de l'État avec 66,7 % des suffrages, alors que le SPPF obtient 30 sièges à l'Assemblée nationale sur les 34 à pourvoir.

Dans un contexte économique difficile (tourisme en baisse, manque de devises), l'élection présidentielle, prévue initialement en 2003, est avancée en septembre 2001, dans le but de rassurer les investisseurs potentiels sur la stabilité du régime. Le scrutin, remporté une nouvelle fois par le président René (54,19 % des voix), voit cependant une forte poussée de l'opposition, dont le leader, Wavel Ramkalawan (Seychelles National Party [SNP], issu de la fusion en 1993 de trois partis d'opposition et nommé jusqu'en 1998 United Opposition), obtient près de 45 % des voix. En avril 2004, près de trente ans après avoir pris le pouvoir, le président René décide de se retirer, laissant la place à son vice-président, James Michel. Ce dernier est confirmé à la tête de l'État par l'élection présidentielle de 2006, tandis que son parti l’emporte aux élections de mai 2007. Malgré les nombreuses réformes économiques engagées en réponse à la déroute financière de 2008, le leader du Lepep (nouvelle appellation du SPPF depuis 2009) est réélu en mai 2011 dès le premier tour avec 55,46 % des voix face à Wavel Ramkalawan (41,43 %) du SNP, son principal opposant. Les élections législatives anticipées de septembre 2011, boycottées par le SNP, sont remportées par le Lepep qui conserve la majorité absolue au Parlement avec 23 des 34 sièges, tandis que le SNP obtient les 11 autres. Le 26 avril 2015, les Seychelles deviennent le 161e membre de l'OMC.