En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tristan et Isolde

Achille Beltrame, gravure pour Tristan et Ysolde
Achille Beltrame, gravure pour Tristan et Ysolde

Drame lyrique (« action musicale ») en 3 actes de Richard Wagner, sur un livret du compositeur, d'après les légendes celtiques (Munich, 1865).

Personnages

Tristan, neveu du roi Marc (ténor)
Isolde, princesse d'Irlande (soprano)
Marc, roi de Cornouailles (basse)
Kurwenal, écuyer de Tristan (baryton)
Brangäne, suivante d'Isolde (mezzo-soprano)
Melot, ami de Tristan (ténor)
Un jeune marin (ténor)
Un berger (ténor)
Un pilote (baryton)
Un timonier (basse)
Les marins, les écuyers et les chevaliers de Cornouailles (chœurs : ténors et basses)

Argument

Tristan ramène en Irlande la princesse Isolde, dont il a jadis tué le fiancé et qui doit à présent devenir l'épouse du roi Marke. Secrètement épris l'un de l'autre, les deux jeunes gens, croyant mettre fin à leurs jours par le poison, boivent ensemble un philtre d'amour (acte I). La nuit voit s'épanouir leur irrésistible passion, lorsque survient Marke, qui, jaloux, inflige à son neveu Tristan une blessure fatale (acte II). Celui-ci expire dans les bras d'Isolde, qui meurt elle-même d'amour (Liebestod, acte III), illustrant ainsi le grand mythe occidental de la passion fatale.

Analyse

Composée de 1857 à 1859, cette Musikalische Handlung (« action musicale »), d'après une légende médiévale d'origine celtique, est l'un des ouvrages qui ont le plus contribué à la gloire de Wagner, à qui il fut inspiré par sa passion pour Mathilde Wesendonk.

Une soixantaine de leitmotive accompagnent ce drame tout intérieur, où le lyrisme exacerbé de la passion est rendu par un chromatisme et des dissonances d'une étonnante nouveauté. Les quatre premières mesures du prélude montreront l'importance des appoggiatures chromatiques et des accords de septième dans un tissu musical qui va en réalité ici de la tonique à la dominante de la mineur.