En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Médecin malgré lui

Molière en habit de Sganarelle
Molière en habit de Sganarelle

Comédie en 3 actes et en prose de Molière (1666), tirée d'un fabliau du xiiie s., le Médecin de Bray ou le Vilain mire [paysan médecin].

Un faux médecin pour une vraie farce

Après une scène de ménage, Martine, par esprit de revanche, fait passer son mari Sganarelle pour un savant médecin.

Sganarelle est donc censé guérir la jeune Lucinde, inexplicablement muette depuis quelque temps. Instruit par Léandre, l'amoureux de Lucinde, qu'elle simule cette maladie subite, Sganarelle promet d'entrer dans le complot visant à favoriser leur mariage. Devant Léandre, présenté par le faux médecin comme son aide apothicalire, Lucinde fait un rétablissement spectaculaire et réaffirme son opposition au mariage (avec un autre) arrangé par son barbon de père.

Léandre ayant fait à point nommé l'héritage qu'il attendait, et devenu de ce fait un parti honorable pour le père, tout est bien qui finit bien pour les amoureux.

La pièce associe efficacement le comique vengeur de la farce à la satire du monde médical.

Morceaux choisis

Sganarelle. − [...] tu fus bien heureuse de me trouver.
Martine. − Qu'appelles-tu bien heureuse de te trouver ? Un homme qui me réduit à l'hôpital, un débauché, un traître qui me mange tout ce que j'ai ?…
Sganarelle. − Tu as menti ; j'en bois une partie.
[...]
Martine. − Qui m'a ôté jusqu'au lit que j'avais !…
Sganarelle: − Tu t'en lèveras plus matin.
Martine. − Enfin qui ne laisse aucun meuble dans toute la maison.
Sganarelle. − On en déménage plus aisément.
[...]
Martine. − J'ai quatre pauvres petits enfants sur les bras…
Sganarelle. − Mets-les à terre.

(Acte I, scène 1).

Géronte. − J'aurais tous les regrets du monde si elle venait à mourir.
Sganarelle − Qu'elle s'en garde bien ! Il ne faut pas qu'elle meure sans l'ordonnance du médecin.

(Acte II, scène 4).

Sganarelle. − […] lesdites vapeurs ont une certaine malignité… Écoutez bien ceci, je vous en conjure.
Géronte. − Oui.
Sganarelle − Ont une certaine malignité qui est causée… Soyez attentif s'il vous plaît.
Géronte. − Je le suis.
Sganarelle. − Qui est causée par l'âcreté des humeurs engendrées dans la concavité du diaphragme, il arrive que ces vapeurs… Ossabandus, nequeis, nequer, potarinum, quipsa milus. Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette.

(Acte II, scène 4).