En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Illuminations

Arthur Rimbaud
Arthur Rimbaud

Recueil poétique d'Arthur Rimbaud, publié en 1886 dans la Vogue.

Les 57 textes écrits à partir de 1872 et réunis en 1875 dans Illuminations permettent de saisir l’un des aspects essentiels de la révolution poétique initiée par Arthur Rimbaud : la transition d’une écriture libérée des contraintes traditionnelles de la forme et du vers, au bénéfice d’une pure évocation.

Illuminations, ou Painted plates – c’est-à-dire enluminures – suivant le sous-titre d’abord prévu. Car il s’agit d’une suite de courtes visions qu’exprime le poète, et où se mêlent, à partir d’un souvenir ou d’un spectacle fugitif, d’autres souvenirs, des rêves. Ce mélange halluciné d’impressions et de sensations, rien ne le justifie en apparence : seule la magie du langage apporte une lumière qui dépasse le sens des phrases, par la puissance des images et des sons.

Morceaux choisis

[Extrait 1, « Aube »]

J'ai embrassé l'aube d'été.
Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombres ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.
La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.
Je ris au wasserfall* blond qui s'échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.
Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. À la grand'ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.
En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois.
Au réveil, il était midi.
(*) [terme allemand pour cascade]

[Extrait 2, « Départ »]

Assez vu. La vision s'est rencontrée à tous les airs.
Assez eu. Rumeurs des villes, le soir, et au soleil, et toujours.
Assez connu. Les arrêts de la vie. — Ô Rumeurs et Visions !
Départ dans l'affection et le bruit neufs !