En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

ton ecclésiastique

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

En chant grégorien, jusqu'à une époque récente, ton est synonyme absolu de mode. Un troisième synonyme, trope, était même proposé par Boèce, autorité suprême du Moyen Âge en matière de théorie musicale, mais il est assez vite tombé en désuétude. Boèce, en effet, entendait parler des « tons de hauteur » de la musique grecque antique (→ TON, sens 4) alors qu'il a été compris comme s'il parlait des « modes » du plain-chant.

Ce n'est qu'à la fin du xixe siècle que les grégorianistes de l'école de Solesmes ont introduit une distinction entre « ton » et « mode », réservant exclusivement le premier terme à la détermination des « tons psalmodiques », c'est-à-dire des formules mélodiques de récitation des psaumes, et généralisant le mot « mode » à tous les autres emplois. Précédemment, le mot ton était beaucoup plus fréquemment employé que « mode », et l'équivalence des deux termes se retrouve jusque dans les débuts de l'histoire de la tonalité classique, où la distinction entre ton et mode ne s'est dégagée que progressivement.