En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

conjonctivite

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Inflammation de la conjonctive, d'origine infectieuse, virale, parasitaire ou allergique.

Les conjonctivites sont fréquentes et souvent bénignes.

Causes

Les conjonctivites infectieuses sont dues à des agents bactériens (staphylocoques, streptocoques, pneumocoques). Les conjonctivites virales sont souvent causées par des adénovirus ; elles peuvent aussi être imputables à des virus herpétiques ou résulter d'affections virales comme la rougeole ou la varicelle. Les conjonctivites d'origine parasitaire, très rares sous nos climats, peuvent être provoquées par une filariose due à la loa-loa africaine. Les conjonctivites allergiques, parfois associées à une blépharite ou à un eczéma des paupières, sont dues soit à des particules aériennes (pollens, poussières), soit à des cosmétiques, à des collyres ou à des lentilles de contact.

Symptômes et signes

Les conjonctivites peuvent être unilatérales ou bilatérales. Elles se manifestent habituellement par une rougeur de l'œil, prédominant dans les culs-de-sac conjonctivaux sous les paupières, sans douleur. La gêne provient de démangeaisons ou de l'impression d'avoir des grains de sable sous la paupière. Une conjonctivite d'origine allergique se traduit par un larmoiement intense, et une conjonctivite infectieuse par des sécrétions purulentes qui, parfois, collent les cils le matin au réveil. On les décolle à l'aide d'un morceau de coton imbibé de sérum physiologique ou d'eau bouillie.

Diagnostic et évolution

Le diagnostic repose sur l'examen clinique : rougeur de l'œil et chémosis (conjonctive gonflée). Une conjonctivite évolue en général de façon bénigne, mais on observe parfois des complications dont les plus graves peuvent atteindre la cornée : kératite ponctuée superficielle (micro-ulcérations à la surface de la cornée) ou kératite sous-épithéliale (petits nodules blanchâtres pouvant entraîner une baisse de l'acuité visuelle).

Traitement

Dans le cas des conjonctivites infectieuses, le traitement est à base de collyres antibiotiques adaptés aux germes. Si la conjonctivite est virale, des collyres antiseptiques et antibiotiques servent à prévenir les surinfections, fréquentes. Les antiviraux sont efficaces contre les virus de type herpès. Le traitement des conjonctivites allergiques, pour être efficace, doit concerner à la fois les symptômes et les causes : collyres anti-inflammatoires et désensibilisation à l'allergène en cause.

Voir : conjonctive, kératite.