Identifiez-vous ou Créez un compte

Steely Dan

Groupe américain de rock formé au début des années 1970 à New York autour de Donald Fagen (claviers, chant) et Walter Becker (basse, chant).

Futurs fondateurs de ce groupe mythique, Donald Fagen et Walter Becker déjà complices musicaux dans leur New York natal, émigrent vers la Californie, terre promise des nouveaux sons. Ils y rencontrent Gary Katz, le troisième larron, qui cristallisera par sa production le vertigineux spectre sonore de Steely Dan. Leur nom, emprunté à un roman de Willam Burroughs, le Festin nu, était une vraie provocation, car le personnage de Steely Dan n'était autre qu'un vibromasseur. Mais à l'époque de la libération sexuelle, c'était plutôt porteur. Fatalement attractifs, les albums successifs du « Dan », comme le surnomment ses fans, se distinguent par une obsession du son. Ce groupe, qui ne montait que rarement sur scène, pouvait passer une année entière en studio à peaufiner des chansons qu'il décidait de réenregistrer intégralement ailleurs avec d'autres musiciens ! Et quels musiciens ! Jeff Baxter et Michael McDonald, des Doobies, Jeff Porcaro (Toto), Larry Carlton, Steve Gadd, les Brecker Brothers, Rick Derringer et même Mark Knopfler rejoindront au fil des albums la galaxie Steely Dan.

La machine « Dan ». Les trois premiers albums sont des réussites : Can't Buy A Thrill (1972), Countdown To Ecstasy (1973) et Pretzel Logic (1974), avec un cocktail grisant de funk, de swing et de rock. Steely Dan surfe alors littéralement sur le succès, avec des titres tels que Ricki Don't Loose That Number, Hey Nineteen ou FM. Mais la drogue, le vertige et la pression d'Hollywood finiront par avoir raison du groupe, réduit à Fagen et Becker, qui sort un dernier album en 1980, le mélancolique Gaucho. Fagen traverse indemne les années 1980 en solo sur son unique Nightfly, avec le fidèle Gary Katz, tandis que Becker s'exile à Hawaii et produit quelques albums, notamment pour Ricky Lee Jones. Rien n'étant impossible pour le Dan, le groupe se reforme, en 1994, lors d'une fracassante tournée américaine, capturée sur Alive In America (1995), en attendant que Fagen, Becker et Katz retrouvent ensemble le droit chemin de la perfection en studio.