En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Carlos Santana

Groupe américain de rock, de world music et de jazz formé en 1967 à San Francisco par Carlos Santana, né à Autlan de Navarro, Mexique, 1947, (guitare, chant), avec Gregg Rolie (claviers), David Brown (basse), Michael Shrieve (batterie), Mike Carabello (percussions) et Jose Areas (percussions).

C'est à San Francisco, au beau milieu de l'agitation hippie et psychédélique, que Carlos Santana et son groupe homonyme vont imposer leur concept de rock afro-latin, teinté de jazz et de funk. Le promoteur Bill Graham leur décroche un passage au Festival de Woodstock, en août 1969. Le succès est immédiat. Santana (1969) et le hit Evil Ways imposent le swing d'Amérique latine et le toucher de guitare si pur de Carlos, enflammé mais soyeux. Oye Como Va, reprise de Tito Puente, vétéran de la salsa, et Black Magic Woman, reprise de Fleetwood Mac, font de l'album Abraxas (1970) un véritable coup de maître. Après une période jazz-rock (où l'on retient surtout le très beau Love Devotion Surrender, enregistré en 1973 avec le guitariste John McLaughlin), puis un retour à la formule initiale (Amigos, 1976), Carlos enregistre son premier album solo en 1980, The Swing Of Delight, avec des jazzmen réputés, comme Ron Carter ou Herbie Hanckock. Il alterne ensuite productions solo et enregistrements avec le groupe, dont les effectifs se modifient au fil des années (par exemple, Mike Shrieve, le petit batteur prodige s'en va en 1974 tandis que Buddy Miles est embauché à titre permanent en 1987).

Continuité. Malgré ces incessants changements, Santana est parvenu à franchir les décennies sans connaître de durables baisses de régime : de Zebop en 1981 à la rétrospective Viva Santana en 1988 ou Spirits Dancing In Your Flesh en 1991, le toucher magique demeure. L'éclectisme de ses collaborations musicales étonne : on retrouve à ses côtés non seulement les grands noms du jazz et du jazz-rock, mais des artistes brésiliens, des chanteurs country et des bluesmen (John Lee Hooker, sur le fameux Healer, en 1989).