En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Dernier Métro

François Truffaut, le Dernier Métro
François Truffaut, le Dernier Métro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Drame de François Truffaut, avec Catherine Deneuve (Marion Steiner), Gérard Depardieu (Bernard Granger), Jean Poiret (Jean-Loup Cottins), Heinz Bennent (Lucas Steiner), Andrea Ferreol (Arlette Guillaume), Sabine Haudepin (Nadine Marsac), Jean-Louis Richard (Daxiat), Laszlo Szabo, Maurice Risch (Raymond Boursier), Paulette Dubost (Germaine Fabre).

  • Scénario : François Truffaut, Suzanne Schiffman
  • Photographie : Nestor Almendros
  • Décor : Jean-Pierre Kohut-Svelko
  • Musique : Georges Delerue
  • Montage : Martine Barraque
  • Production : Les Films du Carrosse
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1980
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 15
  • Prix : Césars 1980 : meilleur film, meilleur réalisateur (François Truffaut), meilleur acteur (Gérard Depardieu), meilleure actrice (Catherine Deneuve)

Résumé

Un metteur en scène juif allemand s'est exilé à Paris afin de fuir le nazisme. Il dirige le grand Théâtre Montmartre. Mais en 1942, sous l'occupation allemande, contraint à nouveau de chercher refuge, il choisit de se cacher dans les sous-sols du théâtre. Ainsi, il peut confier à sa femme, la comédienne Marion Steiner, la tâche de monter la prochaine pièce. Celle-ci pourra justifier le style de la mise en scène en indiquant à l'occupant que son mari avait laissé ses notes de travail avant de prendre la fuite. Surveillée par les Allemands comme par les collaborateurs qui souhaiteraient s'approprier ce théâtre, Marion cherche à tenir ses engagements envers son mari. Lucas Steiner écoute les répétitions et l'aide chaque soir à préparer celle du lendemain.

Mais l'un des acteurs, Bernard Granger, arrive de plus en plus tard ou doit quitter le théâtre avant la fin des répétitions. Marion craint pour le spectacle, puis elle apprend que Granger est également résistant, et elle se met à avoir peur pour son théâtre. Elle ne veut rien révéler à son mari, mais elle est troublée par ce comédien qui s'efforce de concilier son art et sa conscience. Elle va l'aimer, et Lucas Steiner, qui attribue d'abord la justesse de leur jeu à ses directives, se met à soupçonner la vérité. Un critique théâtral de la presse collaboratrice tourne de plus en plus autour du théâtre et de Marion. Mais cette dernière arrivera à faire de la pièce un triomphe, et à garder le théâtre.

Commentaire

L'amour, la guerre et le théâtre

Grand succès commercial pour François Truffaut, le Dernier Métro fut également « nommé » aux Oscars comme meilleur film étranger. On sait que Truffaut a écrit le rôle de Marion Steiner spécialement pour Catherine Deneuve, avec qui il voulait réaliser un film que le public aimerait, sa première tentative, la Sirène du Mississippi, s'étant soldée par un échec au box-office.

Cependant Truffaut, comme il le fait de film en film, retient ou répète quelques figures de ses œuvres précédentes et qui aident à définir les personnages : la femme aimée de deux hommes honorables (Jules et Jim), celle dont le visage est à nouveau « une joie et une souffrance » (la Sirène du Mississippi), ou encore le théâtre en tant que lieu de refuge (comme l'était la même maison dans la neige de Tirez sur le pianiste et de la Sirène) : c'est-à-dire là où tout se joue. On peut ainsi voir dans les personnages qu'incarnent Heinz Bennent et Gérard Depardieu deux types d'engagement créatif qui sont chacun acte de résistance : celui de Lucas Steiner qui risque sa vie en restant dans le théâtre, et celui de Bernard Granger qui risque la sienne en en sortant. Du coup, le film peut apparaître comme une parabole sur le rôle de l'art dans un contexte d'occupation et de guerre (à partir de leçons que Truffaut aura reçues sur ce sujet d'André Bazin, à qui il dédiait le film).