En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Barbier de Sibérie

The Barber of Siberia

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Fiction historique de Nikita Mikhalkov, avec Julia Ormond (Jane Callahan), Oleg Menshikov (Andreï Tolstoï), Richard Harris (Douglas Mc Craken), Alexei Petrenko (le général Radlov).

  • Scénario : Rustam Ibragimbekov, Nikita Mikhalkov et Rospo Pallenberg
  • Photographie : Pavel Lebeshev
  • Décor : Vladimir Aronin
  • Musique : Edward Nicolay Artemyev
  • Montage : Enzo Meniconi
  • Pays : Russie/France/Italie/République tchèque
  • Date de sortie : 1999
  • Son : couleurs
  • Durée : 3 h

Résumé

Un jeune élève officier russe, Andreï Tolstoï, tombe éperdument amoureux d'une américaine rencontrée dans un train, Jane. Celle-ci est loin d'être insensible à cette passion juvénile, mais il se trouve qu'elle vient en Russie dans le cadre d'un contrat aux termes duquel elle doit séduire et épouser le général Radlov, qui commande l'école militaire d'Andreï. La jalousie du général provoquera l'exil d'Andreï en Sibérie. Bien des années plus tard, Jane réussira à se rendre là où vit son ancien jeune amant, mais ce sera pour constater qu'il est des séparations irréversibles, même pour des êtres qui n'ont pas cessé de s'aimer.

Commentaire

Tzar et vieille Russie, vodka et passion slave, corsés d'un peu de ketchup hollywoodien : la recette a paru trop fabriquée à certains critiques qui ont traité avec dédain ce film assez éloigné des riches ambivalences de Soleil trompeur. Pourtant si l'on oublie les hypothétiques calculs commerciaux et politiques du réalisateur et si l'on se contente de se laisser porter par le spectacle, puissant comme un grand fleuve russe, on éprouvera un réel plaisir et l'on ne s'ennuiera pas une seconde, malgré la longueur du film. On y trouvera aussi bien les grands espaces de la taïga sibérienne, la puissante chorégraphie des défilés militaires que des scènes comiques telles que le bal sur un parquet ultraglissant ou de vrais moments d'émotion dans les scènes d'amour ou celles qui illustrent l'esprit de camaraderie des cadets.