En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Veuve joyeuse

The Merry Widow

Comédie dramatique d'Erich von Stroheim, avec Mae Murray (Sally O'Hara), John Gilbert (Danilo), Roy D'Arcy (Mirko), Tully Marshall (Sadoja), George Fawcett (Nikita I), Josephine Crowell (Milena).

  • Scénario : Erich von Stroheim, Benjamin Glazer, d'après le livret de Victor Leon et Leo Stein pour l'opérette de Franz Lehar
  • Photographie : Ben Reynolds, William Daniels, Oliver T. Marsh
  • Décor : Richard Day, Cedric Gibbons
  • Musique : David Mendoza, William Axt, sur des thèmes de Franz Lehar
  • Montage : Frank E. Hull
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1925
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 3 000 m (environ 1 h 51)

Résumé

Un royaume d'Europe centrale au début du xxe siècle. Le prince Danilo tombe amoureux de Sally, une jolie serveuse. Il veut l'épouser mais le roi l'en empêche. Par dépit, elle épouse un milliardaire qui meurt à la suite du mariage. Elle devient la veuve la plus fortunée d'Europe et va vivre à Paris où elle mène la grande vie. Le roi, voulant que la fortune de la veuve reste à son pays, envoie le prince Mirko pour la séduire et l'épouser. Mais Danilo est aussi à Paris…

Commentaire

Après l'échec commercial des Rapaces, Stroheim n'a pas perdu la confiance des producteurs à qui il a fait gagner beaucoup d'argent avec ses trois premiers films. Ils lui passent commande de la Veuve joyeuse que Stroheim « bâcle » en six mois comme il le dit lui-même. À ses yeux, c'est un film de compromis, sans valeur artistique et la critique semble l'avoir suivi dans ses affirmations, car le film ne jouit d'aucun prestige particulier. Il s'agit pourtant d'un de ses plus parfaits et d'un de ceux qui ont subi le moins de mutilations. Loin d'être une version édulcorée de son univers, ce film semble le radicaliser. Stroheim montre plus et plus violemment que dans ses films précédents. Il procède à une mise à nu presque pornographique et obscène des motivations de toute une société.