En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Monsieur Smith au Sénat

Mr Smith Goes to Washington

Comédie de Frank Capra, avec Jean Arthur (Clarissa Saunders), James Stewart (Jefferson Smith), Claude Rains (le sénateur Joseph Paine), Edward Arnold (Jim Taylor), Guy Kibbee (le gouverneur Hubert Hopper), Thomas Mitchell (Diz Moore), Eugene Palette (Chick McGann), Beulah Bondi (Ma Smith), H. B. Warner (le sénateur Agnew), Harry Carey (le président du Sénat).

  • Scénario : Sidney Buchman, d'après une histoire de Lewis R. Foster The Gentleman from Montana
  • Photographie : Joseph Walker
  • Décor : Lionel Banks
  • Musique : Dimitri Tiomkin
  • Montage : Gene Havlick, Al Clark
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1939
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 h 05

Résumé

Jeune sénateur idéaliste, Jefferson Smith, dès son arrivée à Washington, est « pris en main » par son aîné corrompu, Joseph Paine, au service du politicien Jim Taylor. Entraîné dans leurs manœuvres, il manque de démissionner puis, soutenu par sa secrétaire Clarissa, entreprend de dénoncer les faits au Sénat, au cours d'un marathon oratoire. Avec l'aide de boy-scouts et après plusieurs coups de théâtre, Smith fait triompher ses idéaux.

Commentaire

Film le plus fameux et le plus « typique » de Frank Capra, Monsieur Smith au Sénat provoqua de vives polémiques dans le monde politique américain d'alors. Cela n'entrava pas, au contraire, son énorme succès, mais le film, malgré onze nominations, fut éclipsé dans la course aux Oscars par l'ouragan d'Autant en emporte le vent. Le scénario de Sidney Buchman (remplaçant ici Robert Riskin, collaborateur habituel du cinéaste), grâce à une progression remarquablement construite, rend plus excitant que de coutume le message d'idéalisme naïf cher à Capra. La leçon de civisme, incomparablement véhiculée par la performance de Stewart, est pimentée par la présence toujours fiable de la merveilleuse Jean Arthur, et celle de tout un régiment de seconds rôles comme seul Capra savait les faire vivre.