En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Civilisation

Civilization

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Film historique à grand spectacle de Thomas Harper Ince, assisté de Reginald Barker, Raymond West, J. Parker Read Jr., Scott Sidney, avec Howard Hickman (le comte Ferdinand), Hershell Mayall (le Kaiser), George Fisher (Jésus-Christ), Enid Markey (Catherine Holdam), Lola May, Charles K. French.

  • Scénario : C. Gardner Sullivan
  • Photographie : Irvin V. Willat
  • Musique : Victor Schertzinger
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1916
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 500 m (environ 1 h 30)

Résumé

Bien qu'officier et favori du Kaiser, le comte Ferdinand, commandant d'un sous-marin de la flotte nationale allemande, est pacifiste dans l'âme. La guerre étant déclarée, il refuse de torpiller un bateau civil sans défense. Une mutinerie éclate, qui s'achève dans le sang. Le malheureux se retrouve en enfer, d'où le Christ lui-même vient le délivrer. Ému par tant de souffrances, le Kaiser signera la paix.

Commentaire

Thomas H. Ince était le principal challenger de Griffith. On lui doit, en tant que réalisateur ou superviseur, un grand nombre de westerns, films historiques et films à tendance sociale de prestige. Civilisation est son œuvre la plus ambitieuse, qui se présente comme un compromis de la Naissance d'une nation et d'Intolérance (toutes proportions gardées). Colette y admirait « une impression de tumulte, de tremblement de terre et d'ubiquité ». Il y a des morceaux d'anthologie (le torpillage du paquebot), d'autres d'un goût moins sûr (la séquence des enfers, le dialogue du Christ et du Kaiser), le tout baignant dans une mystique pacifiste assez naïve, qui fut corrigée dans les copies présentées en Europe sous forme de propagande… belliciste, plus conforme à l'idéologie de l'époque !