En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

turboréacteur

Fonctionnement d'un turboréacteur
Fonctionnement d'un turboréacteur

Turbine à gaz fournissant directement, par éjection à grande vitesse de gaz chauds, la poussée nécessaire à la propulsion.

Historique

Le premier turboréacteur, mis au point par l'ingénieur britannique F. Whittle, a été réalisé en 1941 par la firme Rolls-Royce et c'est le 15 mai 1941 qu'a eu lieu le premier vol d'un avion (du type Gloster) équipé d'un tel moteur, mais il a fallu attendre l'été 1944 pour qu'entrent en service les premiers chasseurs (Gloster Meteor) équipés du moteur Whittle. Dans l'intervalle, en Allemagne, la firme Messerschmitt effectua, en 1942, un vol expérimental de turboréacteur sur le Me-262 et proposa d'entreprendre aussitôt la production de masse de cet appareil, ainsi que d'un modèle encore plus avancé, le Me-163. La mise en service de ces appareils coïncida avec celle des Gloster Meteor en Grande-Bretagne.

Fonctionnement

Dans un turboréacteur, un compresseur, constitué de plusieurs roues munies d'ailettes (aubes) à leur périphérie, élève la pression et la température de l'air. Celui-ci passe ensuite dans une chambre de combustion alimentée en carburant (kérosène). Les gaz brûlés rencontrent les aubes d'une turbine sur lesquelles ils perdent une partie de leur énergie, celle-ci étant utilisée pour entraîner le compresseur, puis se détendent dans une tuyère. La poussée qui en résulte est égale au produit de la masse d'air traversant le turboréacteur par l'accroissement de vitesse obtenu entre l'entrée et la sortie. Le régime habituel d'utilisation du turboréacteur se situe entre mach 0,5 et mach 3. Sur les avions supersoniques, la poussée peut être augmentée jusqu'à 50 % durant certaines phases de vol par une nouvelle combustion des gaz résiduels dans la tuyère (postcombustion).

Dans le turboréacteur à double flux, l'air, aspiré à l'avant du moteur par une soufflante, est scindé ensuite en un flux primaire, qui subit le cycle thermodynamique classique d'un turboréacteur, et en un flux secondaire, uniquement constitué d'air froid, qui s'écoule à la périphérie du premier avant d'être rejeté dans la tuyère. L'air froid se mélange aux gaz chauds et en ralentit la vitesse d'éjection. Ce type de réacteur a été développé pour améliorer le rendement des avions de transport aux vitesses subsoniques.