En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

totalitarisme

[dossier]

Benito Mussolini
Benito Mussolini

Résumé du dossier

La première apparition politique de la formule « État total » date vraisemblablement d'un discours prononcé par Mussolini en 1925 et sa conception est élaborée par le philosophe italien du régime Giovanni Gentile. À l'idée de stato totalitario succèdent, dans les années 1930, les théories du juriste Carl Joachim Schmitt en Allemagne, qui emploie l'expression der totale Staat, et développe le concept repris par Hitler dès 1933. Pour les deux régimes, l'État est tout-puissant et investit la société dans son entier, encadrant tous les secteurs de son activité.

Le concept de totalitarisme prend corps lors de la guerre froide, pour dénoncer ainsi autant le régime de Staline que ceux de Mussolini et de Hitler. C'est dans ce contexte que les théories d'Hannah Arendt et de Carl Joachim Friedrich, au milieu des années 1950, vont être particulièrement décriées. L'ouvrage d'Hannah Arendt,les Origines du totalitarisme (1951), installe le concept de totalitarisme, analysé en une comparaison singulière des régimes hitlérien et stalinien, dans un débat théorique et idéologique qui se poursuit encore. Nombre d'historiens et de politologues refusent de l'utiliser pour interpréter le nazisme, car il ne rendrait pas compte des dynamiques socio-économiques du régime, foncièrement différentes du stalinisme. On invoque également le fait que l'extermination d'un peuple au nom du racisme ne peut en aucun cas être comparé au projet stalinien. Par ailleurs, on s'interroge sur son applicabilité à d'autres régimes, à celui de la Chine sous Mao notamment.

Malgré leurs divergences, les analyses concourent à définir un modèle d'État totalitaire : l'imposition d'une idéologie officielle érigée en dogme, un parti unique de masse s'appropriant l'État, un contrôle policier terroriste, le monopole des moyens de communication, une planification centrale de l'économie et la désignation arbitraire d'ennemis « objectifs » (les Juifs pour le nazisme, les bourgeois puis les traîtres du régime pour le stalinisme). Le système totalitaire tend à réaliser l'unité parfaite de la société selon une idéologie qui s'impose comme une loi naturelle (la supériorité de la race aryenne ou le rôle historiquement révolutionnaire du prolétariat menant à un idéal de société).

Selon H. Arendt, le totalitarisme diffère des régimes despotiques ou tyranniques en ce qu'il ne se soumet ni à une force supranaturelle de type religieux, ni à un pouvoir arbitraire. Il édicte ses propres lois et les met en œuvre d'autorité. Il se distingue également de tout autre régime car il est le seul à avoir mis en pratique la destruction systématique et massive de populations ou d'individus.