En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

oligocène

Auvergne, la Grande Limagne
Auvergne, la Grande Limagne

Dernière série du paléogène, succédant à l'éocène, l'oligocène se situe au cénozoïque, de – 34 à – 23 millions d'années (durée : 14 millions d'années). Il est divisé en deux étages, le rupélien, ou stampien, et le chattien.

Cette période du tertiaire est caractérisée par l'achèvement de l'ouverture de la partie nord de l'océan Atlantique, qui s'ouvre sur l'océan Arctique. Les différentes étapes de la formation des chaînes alpines continuent à se dérouler.

Paléogéographie de l'oligocène

La paléogéographie de l'oligocène est très proche de la disposition actuelle des masses océaniques et continentales, à quelques détails près.

L'ouverture de l'Atlantique sur l'océan Arctique provoque un déversement des eaux froides arctiques dans l'océan Atlantique, refroidissement que n'arrive pas à compenser la mer Mésogée qui achève sa disparition.

La soudure de l'Amérique du Nord à l'Amérique du Sud par la formation de l'isthme de Panama provoque l'arrêt des communications d'eau entre les océans Pacifique et Atlantique, d'où un renforcement des circulations nord-sud d'eaux froides dans l'Atlantique. La température moyenne en Europe, qui était de 20 °C, commence à décroître.

Faisant suite aux compressions nord-sud qui ont provoqué à l'éocène la surrection de la chaîne des Alpes, l'oligocène correspond à une phase de distension est-ouest. Celle-ci provoque en France le soulèvement des massifs anciens (Massif central, Vosges) et donne naissance à des fossés d'effondrement (Limagne, Bresse-Saône et fossé rhénan).

Les animaux et les végétaux

Comme à l'éocène, les oiseaux et les mammifères continuent leur évolution, ce qui leur permet d'occuper toutes les niches écologiques.

En ce qui concerne le mode de nutrition, les formes se diversifient entre rongeurs, carnivores, insectivores, herbivores, omnivores. En ce qui concerne la locomotion, on a à la fois les mammifères – nageurs, coureurs, volants – et les grimpeurs.

Après la fermeture de l'isthme de Panama, les placentaires supplantent les marsupiaux en Amérique du Sud, établissant ainsi leur règne sur tous les continents, sauf en Australie.

Le premier anthropoïde, Aegyptopithecus, apparaît entre – 25 et – 30 Ma. Pourvu de 32 dents, il semble être à l'origine de la lignée des grands singes anthropoïdes et de l'homme.

Dans le domaine marin épicontinental, le benthos comprend de grands foraminifères, les nummulites, aux côtés des lamellibranches, des gastéropodes et des échinodermes qui poursuivent leur évolution vers les formes actuelles. Le necton comporte différents poissons.

Dans le domaine continental, la flore est caractérisée, comme à l'éocène, par le développement des monocotylédones chez les angiospermes.

Les principaux groupes utilisés pour l'établissement des subdivisions stratigraphiques sont, pour la macrofaune, les mammifères, les gastéropodes et les lamellibranches. Parmi la microfaune, on utilise notamment les nummulites, les alvéolines, ainsi que les orbitoïdidés (lépidocyclines).

Au plan orogénique, la phase helvète est placée vers la fin de l'oligocène et le début du miocène.

Un important volcanisme andésitique se produit dans les zones orogéniques.

Pour en savoir plus, voir l'article histoire de la Terre.