En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

lutte

Lutte, jeux Olympiques, 1984
Lutte, jeux Olympiques, 1984

Sport de combat dans lequel deux adversaires s'affrontent à mains nues, chacun cherchant à renverser l'autre sur le dos.

SPORTS

L'héritage antique

Sport très ancien, la lutte donnait lieu à des épreuves, sous la forme du pancrace, lors des jeux Olympiques de l'Antiquité grecque, en 708 avant J.-C. Elle fut inscrite aux jeux du cirque sous l'Empire romain et demeura fort prisée à la Renaissance (le combat entre François Ier et Henri VIII d'Angleterre, au camp du Drap d'or en 1520, est resté célèbre). La forme moderne de la lutte s'est dessinée au milieu du xixe s., la première salle permanente qui lui fût consacrée étant ouverte en 1845, à Paris.

Aujourd'hui, ce sport comprend deux disciplines pour les hommes : la lutte gréco-romaine (en fait, d'origine française), qui fait partie du programme olympique depuis les premiers Jeux de 1896, et la lutte libre, qui y a fait son entrée en 1904.

La lutte libre féminine n'a été admise aux jeux Olympiques qu'en 2004. Cependant, des Championnats du monde existent pour les femmes depuis 1987. Pour les hommes, ils remontent à 1904 en lutte gréco-romaine et à 1951 en lutte libre. La Fédération internationale de lutte a été fondée en 1912.

Les combats

La lutte gréco-romaine n'admet de prises qu'entre la tête et la ceinture, tandis que la lutte libre permet l'utilisation des jambes dans certaines prises. L'objectif est toujours de faire tomber et, si possible, d'immobiliser l'adversaire au sol sur les épaules.

Aux jeux Olympiques de 2004, les hommes ont combattu dans huit catégories en lutte gréco-romaine et dans sept catégories en lutte libre ; les femmes, en trois catégories de lutte libre.

Les concurrents doivent se présenter en maillot d'une seule pièce, soit rouge, soit bleu. Les combats se déroulent sur un tapis dont le centre est un cercle de 9 m de diamètre, incorporant une bande circulaire de 1 m de largeur qui fait partie de la surface de combat.

Un combat se scinde en deux reprises de 3 min chacune. Il peut se conclure par un tombé (l'arbitre, constatant qu'un lutteur a les épaules clouées au sol, frappe alors le tapis de la main en comptant 1) ou aux points. Ceux-ci sont accordés pour certaines prises, telles que la projection par-dessus la poitrine ou par-dessus l'épaule, l'enfourchement ou la double manchette latérale (prise au sol).