En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

journées de juillet 1830 ou les Trois Glorieuses

La Liberté
La Liberté

Journées révolutionnaires des 27, 28, 29 juillet 1830, qui renversèrent Charles X et mirent fin à la Restauration.

1. Les journalistes contre les ordonnances de Saint-Cloud

Préparées en grand secret et signées par Charles X le 25 juillet, les quatre ordonnances de Saint-Cloud – suspendant la liberté de la presse, dissolvant la Chambre, restreignant le droit de vote – déclenchent l'insurrection de juillet. Ce sont les journalistes, les plus directement touchés, qui sont les premiers à réagir. Ils se réunissent au journal le National et rédigent une protestation dans laquelle ils refusent de reconnaître la dissolution des Chambres des députés et l'autorité du gouvernement. Parmi ces rédacteurs se trouvent Adolphe Thiers pour le National et Lemaire pour le Constitutionnel.

2. De l'émeute à la révolution

Le 27 juillet, une émeute est déclenchée à la suite de l'intervention policière pour empêcher la sortie de trois journaux : le National, le Globle et le Temps. Les troupes, au nombre de 12 000 hommes, interviennent, commandées par l'impopulaire maréchal Marmont.

Dans la nuit du 27 au 28 juillet le mouvement est devenu révolutionnaire : partout des barricades se sont élevées, et c'est contre 8 000 hommes en armes que se heurtent les troupes de Marmont. Cependant, l'armée de ligne fraternise souvent avec les insurgés et, le 29 juillet au matin, Marmont ne peut plus guère compter que sur la Garde. Alors que la troupe se retire du Louvre, les insurgés continuent leur avance et enlèvent la caserne Babylone, envahissent le Palais-Bourbon : Paris est aux mains des révolutionnaires.

3. L'abdication de Charles X

Les députés, réunis chez Jacques Laffitte, constituent une commission municipale, qui comprend entre autres Casimir Perier, Laffitte lui-même. Dans la nuit du 30 au 31 juillet, le roi et la Cour se retirent à Rambouillet, et, le 30 juillet, une proclamation rédigée par Thiers préconise l'appel à Louis-Philippe d'Orléans, qui, le 31 juillet, reçoit les fonctions de lieutenant général. Le 2 août, le roi Charles X abdique.

Pour en savoir plus, voir l'article monarchie de Juillet.