En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

filage

(de filer)

Vélasquez, les Fileuses
Vélasquez, les Fileuses

Transformation des fibres textiles en fils ; ouvrage du fileur.

Le filage traditionnel de la laine est encore pratiqué, même dans les pays industrialisés, non seulement par des artisans, mais également par des passionnés du tissage et dans le cadre de confections manuelles. Les deux techniques principales, celle du fuseau et celle du rouet, sont souvent citées dans les histoires populaires et dans les contes de fées.

La première étape du filage est le démêlage de la laine brute ; les fibres sont séparées les unes des autres, à la main, jusqu'à former une gaze légère. Les impuretés doivent être éliminées sans que les fibres soient lavées, car les huiles animales qu'elles renferment vont faciliter l'opération de tissage. Le cardage est effectué à l'aide de deux peignes spéciaux, les cardes, composés d'une poignée et d'une planchette de bois hérissée de pointes d'acier. Il suffit de faire passer les fibres plusieurs fois entre les pointes des cardes pour les démêler. On obtient ainsi un rouleau de carde prêt au filage.

Le fuseau est un simple axe en bois, muni d'une encoche à une extrémité, qui traverse un socle. Le début du filage commence par la fixation d'un fil de laine, pris dans le rouleau cardé, sur le fuseau. Celui-ci est ensuite animé régulièrement d'un mouvement de rotation, sans qu'il touche le sol, tandis que la laine est tirée progressivement au fur et à mesure de son enroulement. L'écheveau de laine obtenu est prêt à être lavé, teinté, puis tissé. La technique du rouet, plus récente, permet d'obtenir un fil de laine plus fin et plus régulier. Toutefois, le principe de base reste le même, excepté que le fuseau est remplacé par une bobine, et que le mouvement de rotation lui est communiqué par l'intermédiaire d'une roue actionnée par une pédale. Cette machine a l'avantage de laisser les deux mains libres pour tirer la laine avec une plus grande régularité.

Pour en savoir plus, voir l'article textile.