Identifiez-vous ou Créez un compte

darwinisme

Radiation adaptative
Radiation adaptative

Doctrine scientifique exposée pour la première fois (1er juillet 1858) par Charles Darwin, et qui constitue une argumentation du fait de l'évolution biologique et une explication du renouvellement des faunes et des flores au cours des ères géologiques. (Darwin a surtout puisé ses exemples dans le règne animal.)

De ses innombrables observations, recueillies au cours de son voyage sur le Beagle, en particulier aux îles Galápagos et en Amérique du Sud, Darwin tire les conclusions suivantes :

1° Toute espèce animale présente des variations, des différences entre individus.

2° Certaines de ces particularités, affectant une population entière, semblent l'effet des conditions du milieu et ne sont pas transmissibles par hérédité ; d'autres n'affectent que quelques individus, mais elles sont héréditaires.

3° Du fait de leur fécondité, les espèces animales sont menacées en permanence de manquer de nourriture ; cette situation place les animaux en situation de concurrence vitale, d'où résulte la lutte pour la vie.

4° Telle ou telle variation héréditaire peut, dans une situation donnée, conférer à ses porteurs un avantage qui augmentera soit leur chance personnelle de survivre (survivance du plus apte), soit le nombre de leurs descendants qui, peu à peu, remplaceront les autres lignées : c'est l'évolution des populations par voie de sélection naturelle.

5° Cette évolution peut aboutir à la création d'espèces nouvelles : l'espèce n'est pas une entité close et fixe.

6° Une espèce dont les variations sont nombreuses et diverses peut occuper des milieux variés ou adopter des régimes alimentaires différents, ce qui favorise son expansion numérique et géographique et accélère son évolution.

Par la suite, Darwin a ajouté une septième notion, celle de sélection sexuelle : ce sont les mâles les mieux armés pour la vie qui laissent le plus de descendants.

Le darwinisme, qui rallie maintenant la quasi-totalité des biologistes, explique bien les lois de l'évolution des populations animales ou végétales du globe et celles qui président à la réussite ou à l'échec des formes nouvelles apparues dans une population. Mais n'expliquant pas par quel mécanisme apparaît le premier couple d'individus « nouveaux », ce n'est pas une théorie complète de l'évolution. Hugo De Vries la complétera en 1901, avec la Théorie de la mutation, qui situe dans les chromosomes la source des changements, ce que confirmera toute la génétique moderne.

De son vivant, Charles Darwin s'est vu critiqué passionnément par les classificateurs, disciples de Linné, qui lui en voulaient de contester la fixité des espèces dont ils venaient de dresser le catalogue (fixisme) ; les esprits religieux ont vu une contradiction entre la genèse des espèces par évolution et leur création par Dieu telle que la Bible la décrit (créationnisme).