En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

mutation

(latin mutare, changer)

Modification survenant dans la séquence de l'A.D.N. d'une cellule et pouvant entraîner la disparition d'un caractère préexistant ou l'apparition d'un caractère nouveau.

GÉNÉTIQUE

Une mutation résulte de la modification d'un segment plus ou moins étendu d'A.D.N. qui constitue un chromosome. La modification peut aussi porter sur des chromosomes entiers et modifier leur nombre et leur structure. Elle peut se faire par délétion (perte d'un fragment de chromosome), insertion (acquisition d'un nouveau fragment), ou duplication-translocation (détachement d'un segment de chromosome et fixation sur un autre chromosome).

Les mutations sont des phénomènes stables (transmissibles à la descendance des cellules modifiées), rares, spécifiques (ne touchant le plus souvent qu'un seul des caractères de la cellule) et spontanés ; il existe cependant des substances, dites mutagènes, capables d'augmenter la fréquence des mutations. Elles peuvent donc déclencher un processus de carcinogenèse, aboutissant à un cancer, ou être responsables d'une maladie héréditaire.

Voir aussi : délétion, mutagène.

Le rôle des mutations dans l'évolution des espèces

Du fait de leur transmission héréditaire (à condition qu'elles concernent les cellules reproductrices) et du caractère aléatoire de leur apparition, les mutations génétiques apparaissent comme le moteur de l'évolution des espèces. En effet, si une mutation viable (dont les effets ne provoquent pas la mort de l'individu qui en est porteur) engendre l'apparition de nouveaux caractères, ceux-ci pourront être transmis aux générations suivantes. Selon les théories de l'évolution issues des travaux de Darwin (qui a affirmé que l'évolution des espèces résultait de la sélection naturelle de modifications aléatoires) et de Mendel (qui a énoncé les premières lois de la transmission des caractères héréditaires), l'accumulation graduelle de mutations – ou l'apparition de mutations de grande ampleur – serait responsable de l'apparition d'espèces nouvelles et de l'évolution du monde vivant.