En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cratère

Structure d'un volcan
Structure d'un volcan

Cavité de forme arrondie, relevant de dynamismes volcaniques variés (éruptions, affaissements), sur les flancs ou plus souvent au sommet d'un volcan.

On distingue deux types de cratères : les cratères volcaniques et les cratères d'impact.

Les cratères volcaniques

Un cratère volcanique est la bouche de la cheminée d'un volcan, formant une dépression circulaire ou elliptique en forme d'entonnoir ou de puits, d'un diamètre de quelques dizaines de mètres à quelques kilomètres. Bordé de parois abruptes, il peut être profond de plusieurs centaines de mètres, mais, parfois – quand le volcan est éteint ou au repos – il est comblé ou occupé par un lac.

Le cratère est dit sommital quand il est situé au sommet de l'édifice, secondaire ou adventif quand il est implanté sur ses flancs.

Les cratères d'explosion sont aménagés par l'éjection d'un magma dégazant fortement, propulsant en altitude la lave fragmentée en tephra (cendres, lapilli, blocs…). Lorsque c'est de la lave très fluide qui est émise (comme à Hawaii), le cratère se forme par effondrement après l'arrêt des coulées.

Les maars

Ce mot allemand désigne une mare d'origine volcanique, dans le massif de l'Eifel. Ce sont des cratères d'explosion particuliers formés au cours d'éruptions phréatomagmatiques déclenchées par un magma ascendant atteignant une nappe phréatique. L'explosion découpe à la surface de la topographie préexistante, à l'emporte-pièce, une dépression circulaire (comme le lac Pavin dans la chaîne des Puys) que ceinturera un anneau ou un croissant relativement peu élevé constitué de la retombée des tephra, résultant du mélange du magma juvénile avec le produit du ramonage des terrains encaissants.

Les cratères météoritiques

Les cratères météoritiques sont de deux sortes : les cratères d'impact et les cratères d'explosion.

Les cratères d'impact

Les cratères d'impact se forment lorsqu'une météorite de petites dimensions atteint le sol à une vitesse n'excédant pas 1 ou 2 km/s. Ils mesurent en général quelques dizaines de mètres de diamètre.

Les cratères d'explosion

Les cratères d'explosion résultent de l'explosion de la météorite au moment de son impact au sol. Ce sont des dépressions circulaires en forme de bol ; ils ont un diamètre minimal de 100 m. Relativement rares sur la Terre, les cratères d'explosion sont abondants sur la Lune et sur Mars. On les appelle également astroblèmes (du grec blema, « coup »). Sur la Terre, on en a repéré quelque 120 exemplaires, d'âge et de taille très variables, depuis celui de Sudbury (Canada), vieux de 2 milliards d'années et d'un diamètre originel de 200 km, jusqu'à celui de Barringer, ou Meteor Crater (Arizona), formé il y a 10 000 ans, d'un diamètre de 1,5 km et profond de 190 m.