En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

celtique

Langue indo-européenne que parlaient les Celtes.

1. Linguistique

Avec l'expansion des peuples celtes au cours du iie et du ier millénaire av. J.-C., le celtique connut une large diffusion dans toute l'Europe de l'Ouest et pénétra en Espagne (Celtibères), en Turquie (Galates) et jusqu'en Irlande et en Écosse. Il y avait de tels liens entre le vieux celtique et l'italique qu'on a pensé que, vers la fin du IIe millénaire avant J.-C., ils formaient une langue unique.

Le celtique s'est subdivisé en plusieurs idiomes, qu'on répartit traditionnellement en deux groupes : le premier est formé par le celtique continental, ou gaulois ; le second rassemble deux types de dialectes : d'une part le gaélique, qui comprend l'irlandais, le gaélique d'Écosse et le manx ; d'autre part le brittonique, auquel appartiennent le breton, le gallois et le cornique. Le cornique et le manx sont aujourd'hui éteints, les autres langues sont encore utilisées par près d'un million et demi de personnes. Le breton a été apporté (entre le ve et le viie s.) par des peuplades d'outre-Manche qui colonisèrent l'Armorique, où le gaulois était peut-être encore parlé.

2. Littérature

Littérairement, la tradition celtique a connu de longues périodes de léthargie et de brusques renouveaux. Les fondements débouchent, à travers la christianisation, sur l'épopée gaélique (Mabinogion, cycle d'Ulster, cycle d'Arthur), tandis que le mythe de Tristan cristallise pour toute l'Europe la naissance du lien d'amour et de courtoisie. La première résurrection celtique sera, au xviie siècle, dans le domaine anglais, l'œuvre d'érudits au moment même où disparaissent les autonomies (Écosse, Irlande, Cornouailles). Mais les créateurs celtes continueront à tenter de s'imposer en anglais, avec succès d'ailleurs comme en témoignent Wilde, Synge, Yeats, Joyce ou McDiarmid.

En Bretagne, après la redécouverte du folklore populaire, la renaissance celtique du xxe siècle est l'œuvre des intellectuels et de revues littéraires particulièrement actives.

Pour en savoir plus, voir l'article Celtes [peuples].