En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les catacombes de Paris

Galeries souterraines aménagées dans les anciennes carrières de Paris (XIVe arrondissement) où furent entassés, à la fin du xviiie et au début du xixe s., les ossements prélevés dans divers cimetières de la ville, après leur suppression.

Du cimetière des Innocents à l'ossuaire des catacombes

L'origine des catacombes de Paris ne remonte pas, comme celle des catacombes de Rome, à une époque antérieure à l'ère chrétienne, mais à la fin du xviiie s. et, plus précisément, à la suppression du cimetière des Innocents en 1785. Ce cimetière, dans lequel s'entassaient depuis près de mille ans les dépouilles de centaines de générations décédées dans vingt paroisses de la ville, était devenu un vrai foyer d'infection. À partir de 1725, les habitants des quartiers voisins élevèrent de vives réclamations qui finirent par retenir l'attention du Parlement. Mais ce ne fut qu'en 1785 que le Conseil d'État prononça la suppression et l'évacuation du cimetière des Innocents.

L'emplacement choisi pour déposer ces ossements fut une partie des carrières souterraines de pierres à bâtir, située sous la plaine de Montsouris, au lieu-dit « la Tombe-Issoire ». Un espace d'une superficie de 11 000 m2 – ce qui représentait 7 % de la totalité des carrières de Paris – fut aménagé pour recevoir cet ossuaire, qui prit le nom de catacombes. Le transfert des ossements du cimetière des Innocents dura quinze mois et les catacombes furent inaugurées en 1786. Le succès de cette opération de salubrité incita l'administration à étendre la mesure : ainsi, de 1787 à 1814, plusieurs autres cimetières parisiens, et notamment ceux situés autour des églises, furent supprimés à leur tour, et leurs ossements déplacés.

Les catacombes de la Révolution française à aujourd'hui

À la suite des journées révolutionnaires (28-29 août 1788, 28 avril 1789, 10  août 1792, massacres dans les prisons, journées de septembre 1792), de nombreuses inhumations furent faites dans l'ossuaire. On y mit, notamment, les ossements provenant des Errancis, terrain situé à l'est du parc Monceau qui servit de cimetière en 1794) ; les restes de Danton, Desmoulins, Lavoisier, Robespierre reposent vraisemblablement dans ces lieux. De cette époque à 1950, tous les débris humains trouvés dans le sol de Paris furent déposés dans les catacombes.

L'ossuaire est séparé des anciennes carrières avoisinantes par d'épais murs en maçonnerie reliant les piliers de masse vierge laissés par les exploitants pour soutenir le ciel de la carrière. Ces piliers et ces murs découpent l'espace enclos en de nombreux méandres dont le développement atteint 800 mètres. On évalue à six millions l'ensemble des individus dont les restes ont été recueillis dans ces catacombes. Des inscriptions françaises et latines, quelques-unes grecques, italiennes et suédoises, sont gravées sur les piliers. Si certaines indiquent l'origine de la translation des ossements, le plus grand nombre d'entre elles expriment des pensées et des sentiments religieux ou philosophiques. Depuis le xixe s., les catacombes sont ouvertes aux visiteurs.

Pour en savoir plus, voir l'article histoire de Paris.