En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

bestiaire

(latin médiéval bestiarium)

Traité, recueil d'images ayant trait aux animaux.

LITTÉRATURE

Le Physiologus, compilation écrite à Alexandrie au iie s., traduite en latin au ve s., décrit le monde animal comme le miroir ou la caricature des passions humaines. Il eut une profonde influence sur le genre littéraire du bestiaire, et inspira celui du poète anglo-normand Philippe de Thaon (vers 1120). Le genre prit son essor au xiiie s. avec Pierre de Beauvais (vers 1210-1218), Guillaume le Clerc de Normandie (Bestiaire divin, vers 1210) et Gervaise. Écrits en français, ces traités ont une visée fortement didactique et morale ; les animaux – parfois les pierres – sont doués d'une personnalité humaine, et servent d'exemples pour illustrer les sermons. Le dernier bestiaire médiéval, et sans doute le plus connu, est le Bestiaire d'amour (vers 1250), empreint d'un symbolisme courtois, de Richard de Fournival. Au xxe s., le genre médiéval, désormais dépouillé de toute intention morale, prend une autre forme (Apollinaire, le Bestiaire ou cortège d'Orphée, illustré par R. Dufy, 1911 ; M. Genevoix, la série des Bestiaires, 1969-1971).