En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

babouvisme

Gracchus Babeuf
Gracchus Babeuf

Doctrine de Babeuf et de ses disciples.

1. Un communisme de la répartition

La doctrine de Babeuf est résumée dans le Manifeste des égaux rédigé par le poète Sylvain Maréchal, auteur de complaintes révolutionnaires qui servirent la propagande du mouvement. « Tout homme a un droit égal à satisfaire ses besoins et à jouir de tous les biens de la nature. La société doit affermir cette égalité. »

Babeuf insiste sur l'obligation du travail pour tous. Les salaires seront égaux, car « la supériorité de talents et d'industrie est une chimère ». « Les biens doivent être mis en commun ; la terre n'est à personne, les fruits sont à tous. » Le paysan continuerait à exploiter son champ et porterait sa récolte au magasin commun. Le gouvernement contrôlerait l'économie de façon à maintenir l'égalité, qu'affermirait une éducation commune; l'aisance et la simplicité générales remplaceraient le luxe des uns et la misère desautres. Ce n'est pas un communisme de la production, mais de la répartition.

2. Héritier des principes de 1789

La pensée de Babeuf est l'héritière du communisme moralisant de Rousseau, de Mably et de Morelly, et des principes de 1789, qu'elle pousse à leurs ultimes conséquences : l'égalité civile et politique restera purement formelle si elle n'est complétée par une égalité sociale rigoureuse. Les interventions de l'État dans la vie économique sous la Terreur lui ont, d'autre part, fait concevoir une sorte d'économie dirigée.

3. Un programme politique

L'importance historique du babouvisme tient au fait que, pour la première fois, le communisme était conçu non comme une rêverie de philosophe, mais comme un programme politique. Sa méthode préfigure celle du marxisme : elle met en évidence la notion de lutte des classes ; elle fait appel à l'intérêt des prolétaires, « leur meilleur guide », mais, ne comptant pas sur le peuple pour assumer la mission révolutionnaire, elle attribue celle-ci à une minorité insurrectionnelle.

Les idées de Babeuf n'ont eu d'influence que beaucoup plus tard, chez les révolutionnaires de 1848 (→ révolutions européennes de 1848), par exemple; elles ont été étudiées par Marx, qui appelle Babeuf « le fondateur du premier parti communiste agissant ».

Pour en savoir plus, voir l'article communisme.