En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

argile

Argile grise
Argile grise

Roche sédimentaire, souvent meuble (glaise), qui, imbibée d'eau, peut former une pâte plus ou moins plastique pouvant être façonnée et durcissant à la cuisson.

1. Géologie

L'argile est une roche meuble, de dureté très faible, constituée de minéraux argileux accompagnés d'impuretés qui lui donnent des couleurs variées. Grasse au toucher, elle est avide d'eau, imperméable. Lorsqu'elle se dessèche, elle diminue de volume et acquiert une certaine dureté.

La plus grande partie des argiles est d'origine sédimentaire. L'altération des roches cristallines ou la reprise d'anciens sédiments argileux produisent des minéraux argileux qui sont transportés par les cours d'eau et déposés dans les zones de sédimentation, sous forme de vases. Celles-ci sont ensuite compactées sous l'effet de la diagenèse. Mais il existe également des argiles néoformées dans les océans ou liées à une activité hydrothermale.

2. Minéralogie

Les argiles sont des silicates d'alumine et/ou de magnésie, cristallisé en très petites particules minérales et entrant dans la composition des roches argileuses. Ces minéraux silicatés ont une dimension est inférieure à 2 μm. Ce sont des phyllosilicates, formés par l'empilement de feuillets élémentaires de 7 à 15 Å. d'épaisseur, contenant essentiellement Al, Fe et Mg. Dans les argiles gonflantes, les feuillets sont liés par des cations échangeables (Ca, Na, Mg) et des molécules d'eau.

3. Utilisations

L'argile est utilisée pour la fabrication de ciments, obtenus en cuisant à haute température des mélanges d'argile et de calcaire. Certaines argiles particulières sont utilisées dans l'industrie pour le dégraissage, la décoloration, le raffinage, etc.

La plasticité des argiles (grasses ou maigres) détermine leur mode de façonnage. Selon leur réaction en cours de cuisson, elles sont dites argiles fusibles et, à partir d'une résistance à 1 580 °C, argiles réfractaires ; celles-ci servent à fabriquer les matériaux ayant à résister à de hautes températures. De nombreux gisements d'argile réfractaire existent en France, ceux du Limousin étant les plus importants pour le kaolin. Les argiles à faïence fine et les kaolins employés dans la fabrication des porcelaines résistent à des températures de 1 700 °C et blanchissent à la cuisson. Les argiles fusibles à grès cérame se vitrifient entre 1 000 et 1 400 °C, celles utilisées pour les tuiles, les briques ordinaires, la faïence, les poteries mates et vernissées subissent une cuisson qui n'excède pas 1 000 °C environ.