En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

anaphore

(latin anaphora, du grec anaphora, action d'élever)

Reprise du même mot au début de phrases successives, afin de renforcer l'énoncé et d'établir des symétries. (Exemple : Mon bras qu'avec respect toute l'Espagne admire, / Mon bras qui tant de fois a sauvé cet empire [Corneille].)

En linguistique, processus par lequel un segment du discours (dit anaphorique) renvoie à un autre segment (dit antécédent) apparu dans le même contexte.

Dans la phrase : En rentrant, j'ai trouvé Jean chez moi; il y était depuis deux heures, il y a anaphore de Jean par il et de chez moi par y. Les anaphoriques renvoient au contexte linguistique et non, comme les déictiques, à la réalité extralinguistique. Ainsi le démonstratif ce a un emploi déictique dans Ce livre est beau et un emploi anaphorique dans Il y a un livre sur la table; je veux ce livre. Les pronoms et adjectifs démonstratifs et possessifs, les relatifs, les pronoms personnels de 3e personne sont des anaphoriques; mais l'article, certains verbes (par ex. faire), certains adverbes (par ex. ainsi) peuvent aussi jouer ce rôle. Les phénomènes d'anaphore permettent l'agencement économique et cohérent du discours; leur étude relève à la fois de la syntaxe et de la sémantique.

→ rhétorique, figure