En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

figure

(latin figura, forme)

Unité linguistique ou disposition d'unités linguistiques comportant un écart sensible par rapport à la norme ou à l'usage.

RHÉTORIQUE

Les figures désignent, en rhétorique, les divers aspects que peuvent revêtir dans le discours les différentes expressions de la pensée. La notion de figure implique une opposition entre un usage normal, spontané, « naturel » de la langue et un usage imagé, volontaire, qui ne se contenterait plus de désigner, mais viserait à évoquer, à signifier par symboles. Cicéron compare les figures aux « attitudes » dans la sculpture et la peinture (« quasi gestus orationis », Orator, 25). La rhétorique classique a recensé et classé les figures, non sans une part d'imprécision et d'arbitraire, car il n'est pas toujours facile de fixer la frontière entre les différents niveaux de l'expression et de la pensée. Elle les répartissait en trois grands groupes : les tropes, les figures de mots, les figures de pensée. On peut distinguer :
1° les figures de diction qui portent sur la forme matérielle des mots et qui modifient le rapport habituel du son et du sens : allitération, aphérèse, apocope, assonance, crase, diérèse, épenthèse, métathèse, paronomase, syncope, synérèse ;
2° les figures de construction qui touchent à l'ordre naturel des mots : anacoluthe, anaphore, asyndète, chiasme, ellipse, énallage, hyperbate, syllepse, zeugme ;
3° les figures de mots qui intéressent le changement de sens des mots : allégorie, allusion, antiphrase, antonomase, catachrèse, euphémisme, hypallage, métaphore, métonymie, synecdoque ;
4° les figures de pensée ou de style qui concernent la présentation de la pensée et les relations entre les idées : antithèse, apostrophe, concession, énumération, exclamation, gradation, hyperbole, interrogation, imprécation, litote, périphrase, prétérition, prosopopée, réticence. Outre sa fonction prescriptive (pour obtenir tel effet, il faut employer telle figure), le système joue un rôle descriptif : les figures sont alors un instrument d'analyse stylistique des œuvres littéraires.

Jugée non fonctionnelle, la classification traditionnelle des figures (Lamy, Dumarsais, Fontanier) a fait l'objet de plusieurs refontes. Outre celle de Todorov, qui distingue entre anomalies et figures (Littérature et signification, 1967), le groupe μ de Liège (Rhétorique générale, 1970) a proposé une taxinomie à double entrée, prenant en compte, d'une part, l'expression et le contenu, de l'autre, les opérations dont une figure peut être justiciable : suppression, adjonction, permutation, etc.
→ rhétorique