Identifiez-vous ou Créez un compte

Wafd

(mot arabe signifiant « délégation » )

Parti nationaliste égyptien qui triomphe aux élections de 1924. (Le nom se réfère à la délégation que Zarhlul Pacha mena près du haut-commissaire britannique pour demander l'indépendance de l'Égypte [1919].)

Après la mort de Zarhlul, le parti est dirigé par Nahas Pacha (1927), qui, devant les ambitions italiennes en Afrique, se rallie d'abord à la politique d'entente avec Londres (1936). Victorieux aux élections de 1950, le Wafd dirige le gouvernement jusqu'à la révolution de 1952.

Dissous un an plus tard, il se reconstitue en 1977-1978 sous le nom de néo-Wafd mais, après s'être sabordé, ne reprend ses activités politiques qu'en 1983. Il est le seul parti de l'opposition à être représenté au Parlement après les élections de mai 1984, face au parti présidentiel – parti national démocratique (PND) –, créé par Anouar el-Sadate en 1978.

Lors des législatives de 1987, il rompt avec ses alliés islamistes mais se révèle encore le premier parti d'opposition. Il prend position contre l'invasion du Koweït par l'Iraq (→ guerre du Golfe) et boycotte, en protestation contre la loi électorale, les élections législatives de 1990. En déclin à partir de 1995, il ne réussit pas à contrer la progression de l’islamisme après le soulèvement populaire et la chute de Hosni Moubarak en février 2011.

Avec la formation d’une nouvelle coalition conduite par les Égyptiens libres, la mouvance libérale se présente par ailleurs divisée aux premières élections démocratiques organisées à partir de novembre 2011 et parvient, très partiellement, à compenser l’influence des islamistes modérés (Frères musulmans du parti de la Liberté et de la Justice), ou, plus fondamentalistes du parti al-Nour.