Identifiez-vous ou Créez un compte

ETA

sigle de Euskadi ta Askatasuna, Pays basque et liberté

E.T.A., manifestation, 2001
E.T.A., manifestation, 2001

Organisation révolutionnaire clandestine réclamant l'indépendance du Pays basque.

1. Origines et scission

Issue en 1959 de la fusion des membres de la revue clandestine Ekin (« Agir ») et de membres dissidents du parti nationaliste basque (PNV), modéré, elle a pour objectif la défense de l'identité basque – qu'elle juge opprimée par le régime du général Franco – en recourant à la lutte armée à partir de 1961.

En 1970 se déroule à Burgos le procès en conseil de guerre de seize etarras (membres de l'ETA) : la condamnation à mort de six d'entre eux (finalement graciés) soulève dans le monde une grande émotion et contribue à la popularité de l'ETA.

La répression qui suit l'assassinat du président du gouvernement espagnol Luis Carrero Blanco, en 1973, est à l'origine de la scission de l'organisation séparatiste en une branche politico-militaire, qui renoncera à la lutte armée en 1982, et une branche militaire, qui, à l'inverse, durcit ses positions et perpétue ses attentats meurtriers.

2. La lutte armée

La vitrine politique de l'ETA, Herri Batasuna (HB), est créée en avril 1978. Malgré l'approbation par une majorité de la population basque du statut d'autonomie – accordé à la région par le gouvernement en 1979 –, l'ETA militaire poursuit ses attentats, dont le plus meurtrier, commis le 19 juillet 1987 dans le supermarché Hypercor à Barcelone, tue 21 personnes.

Sous le gouvernement socialiste de Felipe González, vingt-sept etarras sont assassinés par les GAL (Groupes antiterroristes de libération, commandos para-policiers et paramilitaires) entre 1983 et 1986. Les initiatives en vue d'isoler l'ETA politiquement aboutissent, en janvier 1988, à la signature d'un pacte antiterroriste (dit d'Ajuria Enea, siège du gouvernement basque) par l'ensemble des partis (à l'exception de HB) représentés au Parlement basque.

Dans un complet isolement après la signature du pacte d'Estella par HB en septembre 1998, l'ETA annonce une « trêve unilatérale et illimitée ». Cependant, jugeant trop peu significative l'avancée vers la souveraineté du Pays basque et insuffisants les efforts consentis par les gouvernements espagnol et français en faveur de la pacification, elle décide la reprise de la lutte armée en décembre 1999.

3. Sur la liste des organisations terroristes

À la faveur de la campagne internationale contre le terrorisme lancée par le président américain George W. Bush au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, l'ETA est inscrite sur la liste des organisations terroristes. Affaiblie par la mise hors la loi de Batasuna (nouvelle appellation de HB depuis 2001) en 2003, puis par le renforcement de la collaboration policière entre la France et l'Espagne – permettant notamment l'interpellation de son chef présumé, Mikel Albizu dit « Antza » à l'automne 2004 –, l'organisation réclame, en 2005, l'ouverture de négociations avec les gouvernements français et espagnol. Le socialiste José Luis Rodríguez Zapatero se dit prêt à envisager une fin négociée de la violence au Pays basque, en échange d'un abandon des armes par l'ETA.

Un « cessez-le-feu permanent » est décrété le 24 mars 2006, permettant l'ouverture de discussions secrètes entre le parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), le parti nationaliste basque (PNV) et Batasuna. Mais les pourparlers sont suspendus suite à l'attentat du 30 décembre 2006, puis abandonnés après la rupture officielle de la trêve le 6 juin 2007. Depuis, la mise hors la loi des organisations séparatistes soupçonnées d'être instrumentalisées par Batasuna (septembre 2008), l'arrestation de « Txeroki », chef militaire présumé de l'ETA (novembre), puis la défaite historique du PNV aux élections basques (mars 2009) ont pour effet d'isoler davantage encore l'organisation.

4. Cible des polices espagnole et française

Désormais au pouvoir avec le soutien du parti populaire (PP), les socialistes adoptent une politique de fermeté tentant d'extirper toutes les marques de soutien aux séparatistes, qu'il s'agisse de portraits d'etarras emprisonnés, d'affiches, de sigles, ou de certaines manifestations. Par ailleurs, si de nouveaux attentats sont commis durant l'été 2009, la coopération policière entre la France et l'Espagne enregistre de nouveaux succès sur le territoire français avec la découverte d'une douzaine de caches d'armes et d'explosifs, pourtant éparpillées dans plusieurs départements, et l'arrestation de plusieurs activistes.

En septembre 2009, le PNV propose un nouvel accord entre toutes les forces démocratiques en vue d'actualiser le pacte d’Ajuria Enea. Par ailleurs, de nouvelles initiatives de la gauche « abertzale » (nationaliste) pourraient contribuer à débloquer la situation ; mais au mois d'octobre, plusieurs de ses dirigeants dont Arnaldo Otegi, ex-porte-parole de Batasuna, accusés de vouloir reconstituer le parti, sont arrêtés et mis en détention sur ordre du juge espagnol Baltazar Garzón.

5. Vers l'abandon de la lutte armée

De nouvelles propositions sont toutefois avancées entre mars et décembre 2010. Tandis le Sud-africain Brian Currin poursuit une mission de médiation (non reconnue officiellement par le gouvernement espagnol), les pressions politiques sur ETA s'accentuent pour que l’organisation accepte de déposer définitivement les armes sous contrôle international (accord de Guernica entre organisations de la gauche indépendantiste en septembre).

Avant de se prononcer et après avoir décrété un nouveau cessez-le-feu – jugé toutefois peu crédible par Madrid –, l’organisation décide de consulter ses militants en liberté, emprisonnés ou en exil. Parallèlement, la gauche abertzale annonce son projet d’entamer les démarches en vue de créer une nouvelle formation politique qui rejetterait explicitement la violence et accepterait de se conformer à la loi sur les partis.

La coalition Bildu, autorisée par le Tribunal constitutionnel, vient ainsi en seconde position aux élections locales de mai 2011.

Après plusieurs autres initiatives de paix, dont l’abandon de « l’impôt révolutionnaire », le ralliement des prisonniers ettaras à la déclaration de Guernica et l'appel lancé lors de la conférence internationale organisée à Saint-Sébastien – avec la participation de plusieurs personnalités parmi lesquelles Kofi Annan, ex-secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, et l'Irlandais Gerry Adams –, ce processus aboutit finalement à l’annonce, le 20 octobre 2011, de l'arrêt définitif de son activité armée par l’organisation séparatiste.

Pour en savoir plus, voir les articles minorité, Pays basque.