En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Convention des institutions républicaines (C.I.R.)

Organisation politique française née en juin 1964 du regroupement de divers clubs et organisations de la gauche non communiste.

Le programme de la Convention se prononçait pour une « démocratie économique », la planification et, dans le domaine extérieur, pour une « Europe fédérale », l'élection du Parlement européen au suffrage universel direct, le dialogue « avec les pays de l'Est » et la « solidarité avec les États-Unis ». La convention est à l'origine directe de la constitution, en septembre 1965, de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (F.G.D.S.).

À l'élection présidentielle de 1965, la Convention soutient d'abord la candidature de Gaston Defferre, puis se rallie à celle d'un de ses membres, l'ancien U.D.S.R. François Mitterrand. Les résultats électoraux de François Mitterrand permettent à la Convention d'accroître son audience. Aux législatives de juin 1968, la C.I.R., dont les candidats se présentent sous le label F.G.D.S., n'obtient que deux élus. En 1969, la S.F.I.O. refuse de choisir François Mitterrand comme candidat à l'élection présidentielle et la C.I.R. ne participa pas à la formation du nouveau parti socialiste constitué aux congrès d'Alfortville (mai 1969) et d'Issy-les-Moulineaux (juillet 1969). Toutefois, un an plus tard, le nouveau parti socialiste répond favorablement aux propositions de fusion de la C.I.R., qui est effective au congrès d'Épinay-sur-Seine (juin 1971). François Mitterrand devient premier secrétaire du nouveau parti socialiste.