En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

campagne de Birmanie

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Japonais occupent la Birmanie dès le début de la guerre du Pacifique pour isoler la Chine, menacer l'Inde, s'assurer des ressources économiques (riz, pétrole, étain) et couvrir vers l'ouest l'ensemble de leurs conquêtes.

La campagne fut menée par quatre divisions, bien entraînées à la guerre de jungle et disposant de la supériorité aérienne. Le 8 mars 1942, la prise de Rangoun assure le premier objectif : la coupure de la route de Birmanie. Le 15 mai, les Britanniques (général Slim) et les Chinois venus à leur secours (général Stilwell) s'échappent de justesse en Inde et en Chine, après avoir abandonné tout leur matériel. La Birmanie restera un théâtre d'opérations privilégié pour les deux adversaires en raison de l'enjeu du ravitaillement des forces chinoises.

En août 1943, à la conférence de Casablanca, les Alliés créent un commandement du Sud-Est asiatique, confié à Louis Mountbatten, mais les moyens sont insuffisants, en raison de la priorité donnée au théâtre d'opérations européen, d'où les compromis et les retards dans l'exécution du plan. Ce plan comprenait : une offensive chinoise au nord, menée par Stilwell, destinée à rouvrir la route de Birmanie depuis l'Inde ; une offensive britannique au centre, menée par Slim, destinées à attirer les forces principales japonaises ; des actions amphibies le long du golfe du Bengale ; des actions aéroportées à longue distance, sur les arrières japonais, menées par Wingate.

Les opérations alliées, commencées fin 1943, se heurtent à une farouche résistance japonaise qui les retarde au Nord jusqu'en mai 1944. Les Japonais attaquent même vers l'Inde, à Imphal, en avril, et menacent les communications ; mais leur défaite finale est complète devant Slim, qui a tiré la leçon des échecs précédents.

En mars 1945, une habile manœuvre blindée, à Mandalay, force les Japonais à une bataille décisive qui les met en déroute. Slim fonce alors sur Rangoun, qui est libérée le 3 mai 1945 avec l'aide d'un débarquement aéronaval mené par Mountbatten lui-même.

Pour en savoir plus, voir les articles histoire du Japon, Seconde Guerre mondiale.