En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Argentine : activités économiques

Gauchos
Gauchos

Grande exportatrice de produits agricoles depuis le début du xxe s., l'Argentine commença son industrialisation entre les deux guerres mondiales. Menée dans le cadre d'une politique de substitution des importations, celle-ci se renforça après 1950, avec l'installation d'entreprises étrangères. Le pays possède, aujourd'hui, une économie diversifiée et dispose de ressources naturelles considérables. Son produit intérieur brut est le troisième de l'Amérique latine. Mais l'Argentine présente un espace économique déséquilibré. La région de Buenos Aires et les provinces de Córdoba et de Santa Fe concentrent, en effet, la majeure partie de la production industrielle et fournissent la quasi-totalité des produits agricoles. Hors ce centre, le Nord-Ouest et le Nord-Est demeurent largement dépendants de l'agriculture et des emplois dans le secteur public. Le Sud, dont la Patagonie, faiblement occupée et tardivement conquise, fournit une grande part de la production de pétrole et de gaz naturel.

1. Mines et industries

Jusqu'aux années 1970, le secteur industriel connaît une expansion rapide, favorisée par une politique protectionniste. L'orientation économique libérale de la dictature militaire, ainsi que la crise provoquée par l'inflation, conduit alors à une contraction de la production industrielle (faillite des entreprises privées nationales et départ des entreprises étrangères). Le Plan de convertibilité et les programmes de restructuration des entreprises publiques lancés au début des années 1990 permettent cependant de relancer les industries de biens de consommation durables (notamment les automobiles et les appareils électroménagers) et non durables. L'agroalimentaire est la branche d'activité qui connaît la plus forte croissance : il représente, aujourd'hui, plus de 25 % de la production industrielle. Cet essor tient, d'une part, aux faibles coûts de production et, d'autre part, à l'accès au marché brésilien depuis le traité d'Asunción. Longtemps aux mains des groupes familiaux traditionnels, les industries agroalimentaires sont de plus en plus sous le contrôle des entreprises multinationales.

Après avoir été exportateur de pétrole, l'Argentine est redevenue importateur depuis 2010. La production est présente notamment en Terre de Feu, à Vega Pleyade. Le pays est le principal producteur d'hydrocarbures de schiste, en dehors des États-Unis et du Canada. Les réserves de pétrole et de gaz de schiste sont considérables : l'Argentine détiendrait les deuxièmes réserves de gaz mondiales (23 000 milliards de mètres cubes), derrière la Chine, et les quatrièmes réserves de pétrole mondiales (27 milliards de barils), derrière la Russie, les États-Unis et la Chine. La production a commencé dans le bassin de Neuquén, dans le gisement de Vaca Muerta, en Patagonie.

Les impressionnantes réserves hydroénergétiques des fleuves venus du Brésil que l'on entreprend de maîtriser sur l'Uruguay et sur le Paraná s'ajoutent aux équipements qui barrent pour l'irrigation et l'électricité toutes les rivières issues des massifs de l'Ouest. L'apport du gaz naturel n'est pas négligeable. Les gisements d'uranium sont abondants. Le pays dispose de deux centrales nucléaires, dont l'une à Atucha, près de Buenos Aires. L'industrie sidérurgique a été, elle aussi, privatisée, ce qui a permis de réduire le nombre d'établissements et d'accroître la productivité. L'Argentine dispose de réserves minières considérables et diversifiées (fer, zinc, or, argent), notamment dans l'ouest du pays (région andine). Mais, contrairement à ses voisins (tels le Chili, la Bolivie et le Pérou), elle ne bénéficie pas d'une tradition minière.

2. Agriculture et élevage

L'Argentine s'identifie à la Pampa, à la fertilité de ses sols, à la qualité de sa viande, à l'abondance de ses grains, au mythe du gaucho, enfin, homme libre à cheval devenu un simple gardien de troupeau salarié. C'est grâce à la mise en valeur agricole, à des fins d'exportation (essentiellement à destination de la Grande-Bretagne), que le pays a connu, jusqu'à la crise mondiale de 1929, une exceptionnelle prospérité. La Pampa, l'une des régions les plus fertiles du monde, était alors occupée par d'immenses fermes pastorales (les estancias), exploitées par des métayers, où l'on associait cultures (blé, lin, maïs) et élevage bovin. Des grandes entreprises assuraient l'approvisionnement en viande réfrigérée des bouchers britanniques. Le pays était également, à l'époque, le premier exportateur mondial de céréales. La Pampa aujourd'hui est le pays du tracteur, de la voiture, de la banque, du négociant ou de la coopérative. À l'instar du farmer du Middle West, l'exploitant s'urbanise. Les progrès sont surtout le fait des « petites et moyennes » propriétés (jusqu'à 1 200 ha) qui occupent la moitié des surfaces, alors que le potentiel agricole stérilisé dans de trop grands domaines sous-exploités ou laissés en friches herbagères fait de l'Argentine pampéenne une « réserve » à l'échelle mondiale. Si l'on ajoute les possibilités qu'ouvre le développement de l'irrigation au pied des Andes, du río Negro en Patagonie au río Bermejo sous le tropique, on constate l'ampleur des ressources agricoles

La production de maïs place l'Argentine au sixième rang mondial. Les oléagineux (dont le soja) représentent un tiers de la production agricole. Les cultures industrielles sont localisées en dehors de la Pampa, notamment dans le Nord-Ouest (canne à sucre et tabac) et dans le Nord-Est (coton, tabac et thé). Dans le piémont des Andes de Mendoza, un important vignoble fait du pays le cinquième producteur mondial de vin. L'élevage et la production de viande demeurent, toutefois, l'une des principales activités économiques. Le cheptel bovin se situe au cinquième rang mondial. Le nombre d'ovins, par contre, ne cesse de décroître, mais le pays demeure le sixième producteur mondial de laine.

3. Commerce et échanges

Malgré la libéralisation des échanges depuis le début des années 1980, l'économie argentine reste relativement fermée. L'Argentine importe essentiellement des biens intermédiaires ; elle exporte du pétrole, des produits industriels et, surtout, des produits agricoles et agroalimentaires (60 % des exportations). La création d'un marché binational entre le Brésil et l'Argentine, dans les années 1980, suivie de la mise en place du Mercosur, a accru l'interdépendance économique régionale. Ces dernières années, le Brésil est ainsi devenu le principal partenaire commercial de l'Argentine, suivi des États-Unis. Outre la réduction des tarifs douaniers, la stabilisation de l'économie brésilienne a été un facteur favorable dans ce partenariat économique.

Pour en savoir plus, voir les articles géographie physique de l'Argentine et population de l'Argentine.