En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Val-de-Marne (94)

Département de la Région Île-de-France.
Le département appartient à l'académie de Créteil, à la cour d'appel de Paris, à la zone de défense Paris.

  • Chef-lieu de département : Créteil
  • Chefs-lieux d'arrondissements : L'Haÿ-les-Roses, Nogent-sur-Marne
  • Nombre d'arrondissements : 3
  • Nombre de cantons : 49
  • Nombre de communes : 47
  • Superficie : 245 km2
  • Population : 1 327 732 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Val-de-Marnais

À la confluence de la Seine et de la Marne à l'O., il confine à l'E. aux limites du plateau de la Brie. Au centre, il comprend la vallée de la Seine, d'Ivry-sur-Seine à Villeneuve-Saint-Georges, dominée vers l'O. par le rebord du plateau d'Orly-Rungis. Département fortement urbanisé sur les deux tiers de son territoire, le Val-de-Marne présente cependant des aspects diversifiés : les communes situées à la périphérie sud de Paris et le long de la rive gauche de la Seine sont les plus anciennement urbanisées et industrialisées (chimie, tannerie, textile, industries alimentaires). Les communes à urbanisation plus récente sont proches des nouvelles zones d'activité (Fontenay-sous-Bois, Créteil, Boissy-Saint-Léger) ou proches de l'aéroport d'Orly (Villeneuve-le-Roi, Thiais). Les zones pavillonnaires se sont installées dès 1925-1930 avec des zones d'habitat à caractère résidentiel à l'E., le long des boucles de la Marne et dans les communes limitrophes du bois de Vincennes (Vincennes, Le Perreux, Joinville, Saint-Maur-des-Fossés et La Varenne), et à l'O. (Arcueil, Cachan, L'Haÿ-les-Roses). Dans le S.-E., il existe encore une zone semi-rurale en bordure de la Brie. Après une phase de croissance démographique rapide, donc d'urbanisation intense, la population du Val-de-Marne est aujourd'hui quasiment stabilisée. Seule Créteil continue de croître.

À la faveur de la politique de décentralisation, des usines ont quitté le Val-de-Marne, d'autres, dans un contexte de récession, ont été fortement touchées par la crise : les industries des métaux, la construction automobile, l'agroalimentaire, l'imprimerie et l'édition, la chimie et la parachimie, presque toutes installées dans la vallée de la Seine, jalonnée de centres industriels (Villeneuve-Saint-Georges, Vitry-sur-Seine, Alfortville, Ivry-sur-Seine). Cependant, certaines branches de pointe se maintiennent et même se développent.

Toutefois, le phénomène majeur est le développement rapide du secteur tertiaire : bureaux d'études et de conseil, services bancaires et administratifs, secteur du commerce de gros grâce à la présence du marché d'intérêt national à Rungis et également secteur des transports, avec la zone aéroportuaire d'Orly, s'ajoutant à la gare de triage de Villeneuve-Saint-Georges. Le Val-de-Marne est favorisé dans le secteur des transports par la présence de deux des principales voies ferrées françaises (vers Lyon et Bordeaux) qui empruntent la vallée de la Seine, par le terminus est d'une ligne du R.E.R. (Boissy-Saint-Léger).