En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Orne (61)

Basse-Normandie, bocage
Basse-Normandie, bocage

Département de la Région Basse-Normandie.
Le département appartient à l'académie et à la cour d'appel de Caen, à la zone de défense Ouest.

  • Chef-lieu de département : Alençon
  • Chefs-lieux d'arrondissements : Argentan, Mortagne-au-Perche
  • Nombre d'arrondissements : 3
  • Nombre de cantons : 40
  • Nombre de communes : 505
  • Superficie : 6 103 km2
  • Population : 291 642 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Ornais

Les campagnes d'Alençon et d'Argentan, surtout céréalières, séparent le Bocage normand, vallonné (417 m à la forêt d'Écouves), des collines du Perche et des extrémités méridionales des pays d'Auge et d'Ouche, régions d'élevage bovin pour la viande et les produits laitiers (fromage, beurre). La population de l'Orne a enregistré un très long et lent déclin depuis le xixe s. jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Depuis, elle est stabilisée, avec un équilibre précaire entre les excédents des naissances sur les décès et l'émigration vers d'autres régions. L'un des trois départements de la Région de Basse-Normandie, l'Orne est un département très composite, allongé d'ouest en est, depuis le massif armoricain jusqu'au Bassin parisien. Il rassemble, de l'ouest vers l'est : les bassins et collines du Bocage normand, pays de petite paysannerie, d'élevage (vaches laitières, veaux, porcs), de forêts (Andaine, Écouves), de vieilles traditions industrielles (dentelle, quincaillerie), de petites villes animées par le commerce et quelques industries (Domfront, La Ferté-Macé, Flers) ou par le tourisme (Bagnoles-de-l'Orne) ; les plaines du centre, moins isolées sur l'itinéraire Caen-Le Mans-Tours, terres de grandes ou de moyennes exploitations partagées entre l'élevage et la céréaliculture, lieu de villes actives réanimées par les décentralisations industrielles des années 1960 (Argentan et surtout Alençon) ; les régions herbagères de l'est (pays d'Ouche, Merlerault, Perche), plus faiblement peuplées, sans ville importante (L'Aigle, Mortagne-au-Perche), anciennement orientées vers la petite métallurgie et l'élevage des chevaux de trait (dans le Perche) ou pur-sang (Le Merlerault), maintenant tournées vers l'élevage des bovins (lait et viande) et quelques activités industrielles limitées (métallurgie de transformation). L'exode rural persiste malgré la croissance (relative) des villes, d'importance moyenne. Les résidences secondaires sont nombreuses dans tout le département, particulièrement vers l'est, à proximité de la région parisienne. Le parc naturel régional du Perche et le parc naturel régional de Normandie-Maine s'étendent en partie sur le département de l'Orne.