En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Morbihan (56)

Département de la Région Bretagne.
Le département appartient à l'académie et à la cour d'appel de Rennes, à la zone de défense Ouest.

  • Chef-lieu de département : Vannes
  • Chefs-lieux d'arrondissements : Lorient, Pontivy
  • Nombre d'arrondissements : 3
  • Nombre de cantons : 42
  • Nombre de communes : 261
  • Superficie : 6 823 km2
  • Population : 721 657 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Morbihannais

Le littoral, précédé d'îles (Groix, Belle-Île), est découpé par des rias (rivières d'Étel, d'Hennebont) et ouvert par le golfe du Morbihan « Mor Bihan » (petite mer) au S. de Vannes, auquel le département doit son nom. L'intérieur est formé de collines et de plateaux, accidentés seulement par les landes de Lanvaux.

Longtemps considéré comme une terre de pauvreté et d'archaïsme, à l'agriculture médiocre, domaine du blé noir et des maisons aux toits de chaume, le Morbihan a connu de profonds bouleversements depuis 1960. L'agriculture s'est nettement intensifiée : élevage laitier, production porcine, surtout aviculture (premier département avicole français : poulets et dindes), tandis qu'un important réseau d'industries agro-alimentaires s'est peu à peu implanté : aliments du bétail (dont les industries sont approvisionnées notamment à partir du port de Lorient), abattoirs de volailles, notamment de dindes, dont un pourcentage important est exporté dans le cadre de l'Union européenne, etc.

L'industrialisation, par contre, demeure peu importante et constituée d'éléments disparates. Tandis que le seul tissu industriel traditionnel, les conserveries de poisson établies de Lorient à Vannes en passant par Étel et Quiberon, se réduit à quelques établissements, au réseau des industries agro-alimentaires implantées en zone rurale, et pour l'essentiel liées à des capitaux locaux, se sont ajoutées dans les deux principales agglomérations quelques grosses entreprises décentralisées dans les années 1960-1970 : tréfilerie à Vannes, fonderie et mécanique à Lorient-Lanester (implantée à la suite de la fermeture des forges d'Hennebont), entreprises de confection de durée moyenne de vie variable à Lorient et à Vannes. Les deux plus grands établissements industriels du département appartiennent à des branches très opposées : arsenal de Lorient, cosmétiques à La Gacilly.

Se juxtaposent quatre ensembles originaux. Le secteur lorientais, seule zone quelque peu industrielle et seule agglomération à dépasser 100 000 habitants, repose surtout sur trois pôles d'activité : l'arsenal et l'industrie mécanique, la pêche industrielle et artisanale, le port de commerce et les activités induites. Par opposition, le littoral central et oriental est dominé par le tourisme (presqu'île de Quiberon, zone de Carnac-La Trinité, golfe du Morbihan, presqu'île de Rhuys) et par la fonction administrative de Vannes, accessoirement par l'ostréiculture. Le Morbihan intérieur, sans agglomération importante (seule Pontivy dépasse 10 000 habitants), demeure profondément rural avec une agriculture intensive orientée vers les élevages hors sol, un paysage largement remembré au sein duquel tranche traditionnellement le bassin de Pontivy, à la prospérité plus marquée autour du pôle agro-alimentaire de Pontivy. Enfin, les îles (Belle-Île, Groix, Houat, Hœdic), affrontées à des problèmes spécifiques (isolement d'hiver, départ des jeunes, difficultés de la pêche, invasion touristique d'été), tentent avec plus ou moins de bonheur d'assurer leur avenir (notamment par l'aquaculture : écloserie de homards de Houat).