En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Valais

en allemand Wallis

Glacier d'Aletsch, Suisse
Glacier d'Aletsch, Suisse

Canton de la Confédération suisse, dans la haute vallée du Rhône, en grande majorité catholique et de langue française (le reste de langue allemande).

  • Superficie : 5 226 km2
  • Population : 312 684 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Valaisans
  • Chef-lieu : Sion

Le Valais occupe le bassin supérieur du Rhône, du col de la Furka au « verrou » de Saint-Maurice, puis le seul versant gauche, de Saint-Maurice au lac Léman. En amont de Martigny, une longue auge glaciaire S.-O.-N.-E. exploite un accident tectonique et forme une large plaine alluviale ennoyant d'anciens « verrous » glaciaires (Sion) et améliorée depuis un siècle par de grands travaux d'aménagement hydraulique. Sur le versant méridional, les massifs cristallins (Alpes Pennines) forment une ligne de crêtes continue jalonnée de sommets de plus de 4 000 m (Cervin, mont Rose), mais leur retombée sur le Rhône est disséquée dans une couverture moins dure en sillons parallèles S.-N. (vals d'Entremont, d'Hérens, d'Anniviers) que l'érosion glaciaire a « suspendus » au-dessus de l'auge du Rhône. Sur le versant septentrional, les rides vigoureuses de la couverture sédimentaire dressent à plus de 3 000 m de puissantes murailles calcaires coupées de rares replats argileux et rejoignent au N.-E. les cimes cristallines de l'Oberland bernois. Cette plaine nichée entre de hautes montagnes forme un îlot de sécheresse et d'étés chauds plus que d'hivers rigoureux. Le sol et le climat y ont créé une polyculture intensive aux aspects méridionaux (irrigation) : vignoble traditionnel sur les versants, vergers (abricot et pêche), légumes (asperge), céréales (maïs) dans la plaine. En amont de Brigue, le haut Valais (val de Conches), plus humide, est herbager, comme la montagne où se mêlent forêts, îlots de culture (fraise) et surtout alpages. Ce couloir de plaines basses (400 à 700 m), au pied des crêtes alpines coupées de cols vers 2 000 m, a fait du Valais un grand passage transalpin, de l'Antiquité romaine (Grand-Saint-Bernard) à nos jours (Simplon) : route, rail et même oléoduc joignent l'Italie au Mittelland suisse et à l'Europe du Nord-Ouest. La beauté du paysage, le soleil, l'enneigement et la facilité d'accès attirent une foule de touristes pour l'escalade et le ski vers les cimes (Zermatt) ou les adrets (Montana, Verbier). Les dénivellations et l'importance des glaciers ont suscité l'équipement hydroélectrique (Grande Dixence) : le quart de l'hydroélectricité suisse provient du Valais et y a déjà créé une industrie moderne (aluminium, chimie).

HISTOIRE

Conquis par les Romains en 54 avant J.-C., ce territoire fut christianisé dès le iiie s. Il fut donné en 999 aux évêques de Sion, qui s'y maintinrent jusqu'à la Révolution. Occupé par les Français en 1798, le Valais forma le département du Simplon en 1810 puis devint en 1815 le vingtième canton de la Confédération suisse.