En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Porto Rico

San Juan
San Juan

Une des îles des Grandes Antilles, à l'Est d'Haïti, dépendance des États-Unis.

  • Superficie : 8 897 km2
  • Population : 3 725 789 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Portoricains
  • Capitale : San Juan

GÉOGRAPHIE

De forme rectangulaire (170 km de l'Est à l'Ouest, 50 à 60 km du Nord au Sud), l'île comprend une cordillère centrale (de 600 à 800 m, avec quelques sommets de plus de 1 000 m, qui culminent à 1 341 m au Cerro de Punta), un long versant nord, s'achevant en plaines côtières étendues, et un versant sud, plus raide, coupé de petites plaines littorales. Ce relief résulte du soulèvement dissymétrique d'un bloc de roches volcaniques et sédimentaires plissées, puis arasées. Le climat tropical (minimum moyen de février 19 °C, maximum moyen d'août 31 °C, à San Juan) est tempéré par l'environnement marin et par l'alizé. Les précipitations sont abondantes sur le versant nord et les hauteurs exposées à l'alizé du Nord-Est (de 1,5 à 3 m). À l'état naturel, le versant nord porte une exubérante végétation tropicale, tandis que le versant sud, abrité, est sec et ne porte que des touffes steppiques et des plantes grasses. L'île souffre de deux fléaux tropicaux, les typhons et l'érosion des sols.

La population très dense (fort accroissement naturel) est en majorité urbaine (67 %) et connaît un endettement élevé et un fort taux de chômage, malgré une forte émigration vers les États-Unis et les implantations industrielles (produits pharmaceutiques, pétrochimie, alimentation, textile, plastique, matériel électrique et électronique). Les superficies agricoles diminuent et l'élevage (lait et viande) dépasse les productions traditionnelles (tabac et surtout canne à sucre). Le tourisme se développe (3,6 millions de visiteurs par an en 2010), mais ne représente que 6 % du produit intérieur brut, car Porto Rico subit la concurrence d'autres îles des Antilles, notamment de celle de la toute proche République dominicaine.

HISTOIRE

Habitée par des Indiens Arawaks, l'île est découverte par Colomb, qui la nomme San Juan Bautista (1493). Ponce de León donne le nom de « Porto Rico » à une baie (1508), où il fonde San Juan (1511). Rapidement exterminée, la main-d'œuvre indigène est remplacée par des esclaves noirs qui travaillent sur les plantations de canne à sucre et de café. Plaque tournante de la contrebande anglaise au xviie s., Porto Rico connaît une certaine prospérité au xviiie s. et reste à l'écart des guerres d'indépendance au début du XIXe s. De nombreux colons espagnols s'installent dans l'île, ce qui n'empêche pas la montée d'un mouvement autonomiste, dirigé par Luis Muñoz Rivera, qui débouche sur le statut d'autonomie de 1897. Cependant, en 1898, les États-Unis, victorieux des Espagnols (guerre hispano-américaine), occupent Porto Rico qui reçoit un gouverneur (1900). En 1917, le Jones Act confère aux Portoricains la nationalité américaine. Monoproductrice de sucre, l'île est très touchée par la crise de 1929 et le Parti démocratique populaire (P.D.P.) de Luis Muñoz Marín prône la diversification de l'économie, mais dans le cadre de l'union avec les États-Unis. Porto Rico reçoit en 1947 le droit d'élire son gouverneur et une nouvelle Constitution en fait un « État libre associé », statut confirmé par le référendum de 1967. Bien qu'en progression, le mouvement indépendantiste reste très minoritaire.