En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mayotte (976)

Archipel français de l'océan Indien, dans la partie orientale de l'archipel des Comores, formant le 101e département français et le 5e département et Région d'outre-mer.

  • Superficie : 374 km2
  • Population : 212 645 hab. (recensement de 2012)
  • Nom des habitants : Mahorais
  • Chef-lieu : Dzaoudzi

GÉOGRAPHIE

L'archipel est composé de deux îles principales, Grande-Terre (culminant au mont Bénara à 653 m) et Petite-Terre, ainsi que d'une trentaine d'îlots disséminés sur 1 500 km2. Cet archipel d'origine volcanique a été démantelé par l'érosion. Les rivages sont élevés et découpés. L'archipel est entièrement ceinturé par un récif-barrière qui individualise un large lagon. Situé entre 12° et 13° de latitude S., l'archipel est de climat tropical chaud, avec de faibles amplitudes thermiques. Il est protégé de l'alizé par Madagascar. Il est baigné en saison chaude par les vents humides de nord-ouest (mousson), la plus grande partie des précipitations se produisant de décembre à mars. La pluviosité varie considérablement selon l'exposition et l'altitude. Le mois le plus chaud est décembre, avec 27,7 °C de moyenne. Périodiquement, Mayotte est dévastée par des cyclones (comme en 1953 et en 1984).

La densité moyenne avoisine les 500 habitants au kilomètre carré. La surpopulation est évidente si l'on tient compte du fait qu'une grande partie de la surface de l'archipel est incultivable. La population est constituée pour un tiers de Comoriens, dont 80 % sont en situation illégale. Les flux d'immigration clandestine en provenance de l'archipel des Comores sont alimentés par l'écart de richesse qui existe entre Mayotte et les Comores.

Les productions agricoles (riz, agrumes, manioc, ylang-ylang, vanille, coprah) ne suffisent pas aux besoins, et Mayotte dépend de la métropole. Les ressources de la pêche sont insuffisantes, les fonds, même dans le lagon, étant peu poissonneux.

Dzaoudzi, le chef-lieu, est situé sur Petite-Terre. Le siège du conseil général se trouve à Mamoudzou, sur Grande-Terre, qui concentre l'ensemble de l'activité économique.

Les Mahorais sont des métis de populations de langue bantoue, arabe et malgache. Territoire français dont la population est la plus jeune, Mayotte a également le taux de fécondité le plus élevé. Le français est la langue officielle mais est moins usité que le shimaoré (d'origine swahilie) et que le shiboushi (d'origine malgache), qui sont d'usage courant. L'islam sunnite est très nettement majoritaire. La polygamie disparaît peu à peu.

HISTOIRE

L'île fait partie de l'archipel des Comores. Quand celles-ci optent pour l'indépendance en 1974, la population se prononce à deux reprises (référendums de 1974 et 1976) pour le maintien de l'île dans le cadre français. Elle constitue alors une collectivité territoriale qui, en 2001, est dotée du statut de collectivité départementale (préfigurant une évolution vers une départementalisation). Le nouveau cadre institutionnel défini pour l'outre-mer en 2003 fait de Mayotte une collectivité d'outre-mer (COM). À la suite du référendum du 29 mars 2009 (95,2 % des suffrages favorables), elle devient en 2011 le 101e département français et le 5e département et Région d'outre mer (DROM).

Pour en savoir plus, voir les articles département et Région d'outre-mer, France d'outre-mer.