En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Floride

en anglais Florida

Floride, les Everglades
Floride, les Everglades

État du sud-est des États-Unis.

  • Superficie : 151 670 km2
  • Population : 18 801 310 hab. (recensement de 2010)
  • Capitale : Tallahassee

GÉOGRAPHIE

Le cadre physique

État voisin de l'Alabama et la Géorgie, la Floride forme une péninsule longue de 700 km entre le golfe du Mexique à l'ouest et l'océan Atlantique à l'est, prolongée au sud par l'archipel des Keys et séparée de Cuba et des Bahamas par le détroit de Floride. La Floride a la plus faible altitude moyenne de tous les États des États-Unis (environ 20 m) : le point culminant se situe à 105 m. Seul l'extrême nord de l'État est constitué de sédiments détritiques issus de l'érosion des Appalaches. Le reste est formé presque entièrement de calcaires coralliens. Cette roche poreuse et soluble a été facilement dissoute par les pluies qui tombent en abondance. Le bas plateau a un relief karstique, un dédale de cavités souterraines la plupart ennoyées et près de 30 000 lacs petits et grands (surtout dans la région centrale). Le plus grand lac, Okeechobee, n'a plus que 190 000 ha après assèchement de sa périphérie pour l'agriculture.

À l'extrême sud, la pente est si faible que la stagnation des eaux de pluie a donné naissance à l'immense marais tropical des Everglades (1 M d'ha), célèbres par leur faune, dont une partie est protégée par le statut de parc national. La côte est presque partout constituée de lagunes fermées par des lidos. Les Florida Keys sont des îlots coralliens réunis par un cordon de 225 km et reliés les uns aux autres par l'autoroute fédérale n° 1, qui aboutit à Key West.

Le climat est quasi tropical à la pointe sud (le tropique n'est qu'à 200 km au sud de Key West). Miami reçoit en moyenne 1 500 mm de pluies par an, avec un maximum d'été ; elle a des hivers doux (janvier 19 °C), des étés chauds (juillet 27,5 °C), sauf sur la côte, et humides (l'air a un degré hygrométrique supérieur à 85 %). Le Nord a des hivers moins cléments (12,5 °C à Jacksonville) et des vagues de froid comme celles qui ont éliminé la culture des agrumes à la fin du xixe s. Autre fléau, les cyclones (hurricanes ) surviennent souvent entre juin et octobre et causent des dégâts aux cultures et aux habitations. Le courant marin de Floride issu du golfe (Gulf Stream) contourne la péninsule et pénètre dans l'Atlantique par le détroit de Floride. Ses eaux chaudes (28 °C) permettent la croissance des coraux.

Les activités économiques

L'agriculture et l'industrie

L'agriculture a été reléguée à un rang secondaire. Les ressources agricoles n'ont pu être développées qu'au prix de grands travaux de drainage ou d'amendement. Le nord de l'État, où les vagues de froid sont toujours à craindre, a adopté l'agriculture banale du vieux Sud (maïs, soja, arachide), accompagnée de l'élevage des bovins et de l'exploitation de la forêt de chênes et de pins. Le centre est la principale région de culture des agrumes (75 % de la production nationale d'oranges). Au sud, la partie asséchée des Everglades cultive la canne à sucre, les melons et pastèques, les primeurs (jusqu'à quatre récoltes par an). L'agriculture est à la base de nombreuses industries alimentaires (jus de fruits, conserveries de légumes et de crevettes, raffinage du sucre). La pêche est active sur les deux côtes (crevettes, huîtres, maquereaux).

La Floride n'a qu'une ressource minière importante, les gisements de phosphate des environs de Tampa (85 % de la production nationale) ; ils sont traités sur place.

La fabrication des cigares à Tampa n'a pas survécu à la rupture des relations économiques avec Cuba. Les industries légères, souvent créées par des Cubains (appareils électriques, confection, cosmétiques, etc.) sont nombreuses à Miami, dans l'agglomération de Tampa, à Jacksonville, à Pensacola. L'accroissement de la population et l'urbanisation ont fait naître des industries modernes : construction électrique et matériel de transport (Tampa, Jacksonville, Orlando), chimie (Pensacola), confection (Miami), équipement aérospatial (base de la NASA à cap Canaveral et Merritt Island).

Le tourisme

Outre la colonisation agricole, un des facteurs de peuplement a été le choix de la Floride comme lieu de retraite, puis le tourisme, surtout d'hiver. Le tourisme est devenu la principale ressource de l'État. D'abord présent à Miami (aujourd'hui en déclin), il s'est développé à Palm Beach, Panama City, Daytona Beach, Hollywood, Saint Augustine, Sebring, et surtout dans l'agglomération de Miami-Fort Lauderdale, qui a la plus forte densité hôtelière des États-Unis et, dans une moindre mesure, à l'entrée de la baie de Tampa (Clearwater, Sarasota, Saint Petersburg, qui est une ville de retraités). Un peu à l'écart de la côte, des promoteurs ont édifié des villages fortifiés surveillés jour et nuit par des gardiens pour une clientèle âgée, terrorisée par la progression de l'insécurité. La Société Walt Disney a construit à Orlando le grand parc d'attractions de Walt Disney World Resort et le parc des technologies du futur Epcot. Miami est le premier port d'attache mondial pour les croisières de luxe. Autres points forts de l'activité touristique, les lacs, les plages, le parc national des Everglades (tourisme écologique), la baie de Floride et les coraux (plongée sous-marine).

La population et les villes

La population a d'abord augmenté lentement. Le climat aux automnes trop humides ne convenant pas à la culture du coton, l'importation d'esclaves africains a été beaucoup plus réduite que dans les États voisins. Faute de textiles, de charbon, de minerais et de pétrole, la Floride a échappé à l'industrialisation peuplante des années 1865-1920. Après la Première Guerre mondiale, la hausse du niveau de vie, la diffusion de l'automobile, l'allongement de la durée des vacances lui permettent d'exploiter son principal atout, le climat subtropical : les riches retraités commencent à affluer de tous les États-Unis et du Canada entraînant une profusion de services immobiliers, médicaux, financiers et ludiques qui créent des emplois. D'un recensement au suivant, la Floride bat des records d'accroissement de population : 753 000 habitants en 1910, 4 951 000 habitants en 1960 ; 6 789 000 en 1970 ; 9 746 000 en 1980 ; 12 938 000 en 1990, 15 982 378 en 2000. Du recensement fédéral de 1999 à celui de 2000, la population a augmenté de 23,5 %, soit une progression de 2,4 % par an. L'afflux des réfugiés cubains a contribué à cet accroissement, en trois vagues successives (1959 : installation du régime marxiste de F. Castro ; 1980-1982 : libéralisation du régime ; 1994-1995 : boat people), mais aussi les immigrations mexicaine, chinoise, vietnamienne. La population urbaine se monte à 80 %. Les agglomérations principales sont Miami, Tampa-Saint Petersburg, Jacksonville, Fort Lauderdale, Tallahassee, dans l'extrême N.-O. Un très dense réseau autoroutier et aérien relie ces centres urbains et industriels.

HISTOIRE

Découverte en 1513, la Floride demeure espagnole jusqu'en 1819, date à laquelle elle fut achetée par les États-Unis, dont elle constitue, depuis 1845, un État.