Théodora

Ravenne, mosaïque de l'église San Vitale
Ravenne, mosaïque de l'église San Vitale

(Constantinople début vie s.-Constantinople 548), impératrice byzantine (527-548).

Fille d'un gardien de l'hippodrome, elle devient la maîtresse de Justinien et se fait épouser par lui avant son avènement. Ambitieuse et intelligente, elle exerce une grande influence sur son époux. En 532, elle sauve l'Empire, en décidant Justinien à rester à Constantinople et à briser la sédition Nika.

Elle obtient la disgrâce des hommes d'État trop influents ou trop brillants (Bélisaire) ; elle pousse au contraire ceux qui ont l'habileté de lui être dévoués (Narsès au commandement de l'armée ; Vigile à la papauté). Elle inspire une partie de la législation (surtout celle qui concerne les femmes, le mariage, le divorce, l'adultère, etc.).

Dès 530, elle demande que des concessions soient faites aux monophysites, à la fois par sympathie personnelle et par politique, pour ménager les vastes provinces où ils ont leurs adeptes (Asie, Syrie, Égypte) et qui sont indispensables à la défense de l'Empire contre le double danger perse et arabe.

Théodora a beaucoup contribué à la grandeur du règne de Justinien, à la personne duquel elle est toujours associée dans les dédicaces et dans les monuments (mosaïques de la basilique Saint-Vital de Ravenne).

Pour en savoir plus, voir l'article Empire byzantin : histoire.