Identifiez-vous ou Créez un compte

postmaturité

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

État d'un enfant né après terme (au-delà de 42 semaines d'aménorrhée).

Au-delà de 41 semaines d’aménorrhée, une grossesse doit faire l'objet d'une surveillance étroite ; l'accouchement est habituellement déclenché après une semaine de retard. C'est pourquoi la postmaturité est très rare.

Elle ne doit pas se prolonger car, une fois le terme dépassé, le placenta ne remplit plus parfaitement ses fonctions, et le fœtus est moins bien oxygéné et nourri. En outre, le liquide amniotique est souvent peu abondant après terme, ce qui offre une moindre protection pour le fœtus et peut entraîner un risque de compression du cordon. Ce liquide est parfois teinté de vert foncé par le méconium (substance, composée notamment de bile et de sécrétions digestives, accumulée dans l'intestin du fœtus), ce qui traduit une souffrance fœtale.

À la naissance, l'enfant postmature est plus grand et moins lourd que le nouveau-né à terme. Il est déshydraté et amaigri. Sa peau est fripée et dépourvue de vernix caseosa (enduit blanchâtre protecteur). Les paumes de ses mains et les plantes de ses pieds pèlent. Si un tel enfant est plus fragile in utero, en revanche, sa surveillance après la naissance n'est pas différente de celle d'un enfant né à terme.