polynucléose

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Augmentation au-delà des valeurs normales du nombre des globules blancs dits polynucléaires.

Cette anomalie peut toucher les polynucléaires neutrophiles, éosinophiles ou basophiles. La polynucléose neutrophile, la plus fréquente, est généralement le signe d'une inflammation ou d'une infection, mais elle peut être due aussi au tabagisme ou à un traitement par le lithium et surtout les corticostéroïdes, qui libèrent dans la circulation sanguine les polynucléaires normalement collés le long des parois des vaisseaux et ceux qui sont en réserve dans la moelle osseuse. La polynucléose basophile, ou basophilie, ne s'observe pratiquement jamais sans atteinte des autres polynucléaires. La polynucléose éosinophile, plus volontiers dénommée éosinophilie, ou hyperéosinophilie, s'observe dans les allergies, les parasitoses, diverses dermatoses, la périartérite noueuse et les syndromes apparentés et dans certaines leucémies.

Voir : polynucléaire, polype.