Identifiez-vous ou Créez un compte

photosensibilisation

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Augmentation de la sensibilité de la peau aux rayonnements solaires, notamment aux ultraviolets, souvent due à une substance chimique ou médicamenteuse et se traduisant par une éruption cutanée.

Les cas de photosensibilisation sont de plus en plus fréquents, en grande partie en raison d'une modification des comportements (exposition au soleil plus fréquente, utilisation de substances et de médicaments facteurs de photosensibilisation).

Causes

Une photosensibilisation peut être idiopathique (sans cause connue), provoquée par un facteur déclenchant externe ou interne, ou d'origine génétique.

Les photosensibilisations d'origine externe surviennent après application d'une substance sur la peau (parfum) ou après contact de la peau avec différents végétaux (boutons-d'or, moutarde, etc.).

Les photosensibilisations d'origine interne surviennent après ingestion de substances ou de médicaments exerçant une action photosensibilisante après s'être déposés dans la peau : psoralènes, certains antibiotiques (notamment les tétracyclines), amiodarone, quinolones, certains antifongiques (griséofulvine en particulier), etc.

Les photosensibilisations d'origine génétique sont dues à certaines déficiences génétiquement déterminées, qui touchent le système de réparation de l'A.D.N. (xeroderma pigmentosum) ou la répartition des mélanines (albinisme, piébaldisme).

Symptômes et signes

Ils varient selon le type de photosensibilisation : plaques rouges surmontées de petites vésicules et démangeant fortement, vésicules ou bulles. Les lésions surgissent soit sur la totalité de la peau exposée au soleil (photosensibilisation d'origine interne), soit de façon plus localisée (photosensibilisation d'origine externe), là où l'agent en cause a été appliqué. Les photosensibilisations d'origine génétique se traduisent par une totale absence de bronzage des zones dépourvues de pigments mélaniques, ou par un érythème puis par une atrophie cutanée (xeroderma pigmentosum).

Traitement et prévention

Le traitement consiste à appliquer sur les lésions des médicaments antiseptiques, des produits adoucissants ou des corticostéroïdes locaux. L'administration par voie générale de corticostéroïdes ou d'antihistaminiques est réservée aux formes les plus graves. La prévention repose sur la protection de la peau (crème protectrice de type écran total) et surtout sur la suppression de l'agent susceptible de déclencher la photo-sensibilisation (médicament, manipulation de certains végétaux, etc.). Les photosensibilisations idiopathiques peuvent être prévenues par administration de vitamine PP, d'antipaludéens de synthèse (nivaquine), de caroténoïdes ou par la puvathérapie (exposition aux rayons ultraviolets A, associée à la prise de psoralènes).

Utilisation thérapeutique

La photosensibilisation est mise à profit dans le traitement de certaines maladies de peau, en particulier le psoriasis, au cours de la puvathérapie. L'agent photosensibilisant (psoralène) est administré par voie orale ou locale avant une exposition au rayonnement ultraviolet artificiel.

Voir : photodermatose, photoprotection, puvathérapie.