Identifiez-vous ou Créez un compte

nécrose

Nécrose caséeuse
Nécrose caséeuse

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Mort d'une cellule ou d'un tissu organique.

Une nécrose se traduit par des altérations du noyau et du cytoplasme de la cellule, suivies, éventuellement, par des modifications des éléments extracellulaires (fibres collagènes, vaisseaux sanguins). Dans la plupart des organes vitaux (cœur, cerveau), un tissu nécrosé cesse d'être fonctionnel et n'est pas remplacé ; en revanche, le tissu osseux et la peau peuvent se régénérer.

Différents types de nécrose

On distingue différentes causes de nécrose.

La nécrose ischémique, dite de coagulation, caractérisée par un arrêt de la circulation sanguine, s'observe lors des infarctus et des brûlures. Elle se traduit par une coagulation du cytoplasme, par une disparition du noyau et par la persistance de cellules réduites à des silhouettes.

La nécrose caséeuse, caractéristique de la tuberculose, forme une matière grumeleuse, blanche ou grisâtre, homogène à l'examen microscopique.

La nécrose de liquéfaction, habituelle dans les infections, se traduit par la formation de pus, mélange de débris cellulaires et de polynucléaires (globules blancs) altérés.

La nécrose fibrinoïde est visible dans les parois des vaisseaux au cours de maladies comme le lupus érythémateux disséminé et la périartérite noueuse. Le tissu nécrosé est composé de fibrine, d'immunoglobulines et de complexes antigènes-anticorps.

Voir : gangrène, mort cellulaire.