infection latente

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Infection ne se manifestant par aucun symptôme.

Une phase de latence caractérise toutes les infections à leur début : c'est la période d'incubation ; elle peut se prolonger (infection inapparente) avant de s'exprimer ; c'est le cas, par exemple, dans l'infection à V.I.H. (sida), à cytomégalovirus ou à virus d'Epstein-Barr (famille des herpès virus). Ce phénomène s'oppose à l'infection aiguë résolutive (disparaissant définitivement) et se distingue de l'infection persistante, au cours de laquelle un virus se multiplie de façon active et reste en équilibre avec les réactions immunitaires de l'hôte, qui demeure cependant incapable d'éliminer l'agent infectant. On retrouve alors des anticorps non neutralisants, qui, selon certaines hypothèses, provoqueraient la formation de complexes immuns circulants, eux-mêmes source de lésions de type auto-immun. L'hépatite chronique active B en est un exemple.

Des périodes d'infection latente s'observent lors de certaines infections virales, notamment l'herpès, l'infection à virus VZ (varicelle-zona), à papillomavirus (verrues, condylomes). Les poussées infectieuses apparentes (avec symptômes) seraient, dans ce cas, déclenchées par des modifications locales de l'immunité.